Reprise du dialogue Gouvernement-FPI, hier : 150 pro-Gbagbo bientôt libérés - Ahoussou demande au FPI de lever le mot d'ordre de boycott du RGPH - Affi remet la décision à plus tard


Hamed Bakayo, Affi N'Guessan, Ahoussou Jeannot ont pris part aux discussions.
  • Source: Soir Info
  • Date: vend. 23 mai 2014
  • Visites: 2908
  • Commentaires: 1
Les nouvelles sont bonnes pour les pro-Gbagbo. Après l'annonce du dégel des avoirs de 50 personnes, le gouvernement a consenti à libérer 150 détenus proches de l'ancien régime.

C'est Pascal Affi N'Guessan qui l'a annoncé à l'issue de la rencontre que son parti a eue, jeudi 22 mai 2014, à Cocody-Attoban, avec des membres du gouvernement. Le président du Front populaire ivoirien (Fpi) a précisé que ces personnes « seront libérées dans les heures qui suivent ».

Pour Jeannot Kouadio Ahoussou, ministre d'Etat, ministre auprès du président de la République chargé du dialogue politique, c'est une liste de 719 personnes qui a été soumise au gouvernement par le Fpi. Mais, selon lui, « sur cette liste, 228 personnes ne sont pas dans le fichier de la justice ». « Il s'est avéré que 150 personnes peuvent être mises en liberté provisoire », a-t-il souligné.
Rendant compte des discussions, le chef du parti de Laurent Gbagbo a déclaré qu'elles ont porté sur la « situation administrative des cadres du Fpi, les rentes viagères, la situation des détenus, des exilés et des comptes gelés » et le financement des partis politiques. « Sur l'ensemble de ces questions, le gouvernement nous a apporté des précisions sur l'état d'avancement de ces dossiers », a soutenu l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo. « Le gouvernement a marqué sa volonté d'aller de l'avant, à travailler avec le Fpi », a fait savoir M. Affi.

Relativement au dégel des avoirs, il a affirmé, sans plus de détails, que des chiffres sont avancés par le procureur de la République, Richard Adou. Qui a annoncé, mercredi 21 mai 2014, avoir procédé le même jour, au dégel de 50 comptes bancaires, appartenant à des personnalités proches de Laurent Gbagbo.

Pour ce qui est de la levée du mot d'ordre de boycott du Recensement général de la population et de l'habitat (Rgph), le leader des « frontistes » a signifié qu'il rendra compte au comité central de son parti qui décidera.

C'est qu'à l'ouverture du dialogue, Jeannot Ahoussou Kouadio a demandé au Fpi de « lever solennellement » son mot d'ordre de boycott du Rgph. « Votre présence remarquée témoigne de la volonté personnelle et collective à participer à la réconciliation. (...) Nous sommes tous débiteurs de paix vis-à-vis de la population », a signifié l'ancien Premier ministre d'Alassane Ouattara. Il a dit que le chef de l'Etat, son mandant,  tend « résolument la main » avec des « signes éclatants ». M. Ahoussou de souhaiter que l'ex-parti au pouvoir pose aussi « des actes forts en acceptant de lever solennellement votre mot d'ordre de boycott du Rgph ».

A l'écouter, « c'est dans une conjugaison intelligente, fraternelle et chaleureuse », que la Côte d'Ivoire arrivera à la réconciliation. « Le gouvernement s'est engagé à n'engager aucune poursuite judiciaire contre les exilés qui retournent », a informé le président du Conseil régional du Bélier. « Nous devons faire en sorte que cet outil important de développement puisse être mené à terme avec la participation du Fpi », a réagi Pascal Affi N'guessan. « Notre espoir est que cette rencontre donne les arguments, les instruments pour convaincre nos instances afin de revenir sur cette décision », a précisé l'ancien maire de Bongouanou. Le leader du Fpi a rappelé que « cette rencontre fait suite (...)

Lire la suite sur Soir Info


Côte d'Ivoire don Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Affi N'Guessan Jeannot Ahoussou Richard Adou jeu Front populaire ivoirien Fpi Cocody réconciliation gouvernement exilés développement dialogue politique




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour