Boycott du RGPH : L'audition des dirigeants du FPI livre des secrets

  • Source: L'Inter
  • Date: lun. 12 mai 2014
  • Visites: 5809
  • Commentaires: 7
L'audition des dirigeants du Front populaire ivoirien (FPI), à savoir d'Affi N'Guessan, Richard Kodjo, Marie-Odette Lorougnon et Laurent Akoun, le jeudi 8 mai dernier était au centre de la rencontre entre le secrétaire national par intérim de la Jfpi, Koua Justin et les fédérations Jfpi d'Abidjan le samedi dernier au Q.G provisoire du Fpi à Attoban.

Comme à son habitude, Koua Justin n'a pas usé de la langue de bois pour faire des révélations sur l'audience qui a duré plus de 9 heures. Selon lui, le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko avait planifié l'arrestation des dirigeants du Fpi, mais il a été contredit au dernier moment par la Procureur de la République. «Hamed Bakayoko avait actionné ses services à travers le Ccdo pour mettre aux arrêts et menotter chacun des convoqués à son domicile. Et le procureur de la République s'y est opposé. Raison pour laquelle, ce dernier leur a envoyé une convocation pour respecter les civilités judiciaires», a déclaré l'orateur précisant par la suite que les choses ont évolué. «La pression de la communauté internationale, à travers les ambassades accréditées en Côte d'Ivoire, a fait reculer le régime Ouattara. Elles ont tapé du poing sur la table pour dire au régime de ne pas les arrêter, mais de les relâcher après leur audition. Elles soutiennent que ce n'est pas pour un boycott du recensement qu'on va arrêter des responsables. Le régime Ouattara est fébrile. Il se fait peur pour rien», a-t-il ajouté, non sans féliciter les militants du Fpi pour leur mobilisation, le jour de l'audition, à la Brigade de recherches d'Abidjan au Plateau. «Je suis fier de vous. Nous devons toujours être prêts pour la lutte. Nous sommes des soldats sans arme. En d'autres termes, nous sommes des fantassins aux mains nues. Le régime Ouattara sera toujours dans une logique d'intimidation, d'arrestation, d'emprisonnement. Et nous devons répondre à cette logique par une mobilisation. Parce que notre seule arme, c'est la mobilisation aux mains nues», a-t-il soutenu.

Par la même occasion, Koua Justin a souligné que la mobilisation n'a pas besoin de lâche, ni de poltron mais de personnes courageuses et déterminées à donner leur vie. Ce pourquoi il a exhorté les militants du Fpi à plus d'efforts a (...)

Lire la suite sur L'Inter


Hamed Bakayoko Affi N'Guessan Koua Justin Odette Lorougnon Ouattara Front populaire ivoirien FPI Ccdo Côte d'Ivoire Abidjan Plateau




Educarriere sur Facebook