En tournée à Bogouanou / Affi N'Guessan, président du FPI : « Ne tremblez pas devant Ouattara, il n'est pas Dieu » - « Dieu m'a confié une mission »

  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 16 sept. 2013
  • Visites: 4308
  • Commentaires: 21
Poursuivant sa tournée dans la région du N'zi-Comoé, Affi N'Guessan, le président du Fpi, a animé le samedi 14 septembre 2013, un grand meeting, après l'étape de M'Batto. Nous proposons de larges extraits d'un discours fortement influencé par la métaphysique et le spirituel, qu'il a prononcé dans son village natal de Bouadikro…

Sa vision de la politique

On ne fait pas la politique comme on fait n'importe quel métier. On fait les métiers divers dans la vie pour vivre, pour gagner son pain quotidien. C'est ainsi qu'on peut devenir mécanicien, transporteur, commerçant, ingénieur, médecin, enseignant. C'est qu'il y a une part de passion parce qu'on ne choisit pas ces métiers au hasard…(…). L'homme politique doit promouvoir la justice dans la société parce que c'est tout cela qui contribue au perfectionnement de la communauté (…) La communauté dans sa double dimension. Sa dimension matérielle et sa dimension spirituelle. (…).La politique, d'abord, c'est être utile à sa communauté.

Tout le monde va sortir de prison

… Ce monde est le fruit de la pensée, avant d'être le résultat d'un acte. La pensée précède l'acte. La réflexion précède l'action. (…). Donc, tout le monde va sortir. Il n'y a rein à faire. Il n'y a rien à faire, ils vont tous sortir. Donc soyez sereins. Ma sortie n'est pas un accident. C'est une volonté. Et cette volonté va agir pour faire en sorte que tous, Simone Gbagbo, Blé Goudé, tous ceux qui sont en prison en Côte d'Ivoire, vont sortir. C'est une volonté qui va agir de manière à ce que tous nos frères qui sont en exil vont tous rentrer. Et cette volonté va agir de sorte que Laurent Gbagbo, lui-même, va sortir (…) La Côte d'Ivoire est enceinte de la libération de tous ses fils qui sont en prison, qui sont en exil, ou qui sont à la Haye. Donc forcément, il y aura l'accouchement. La libération de Gbagbo est incontournable. La libération de Simone, c'est incontournable. Donc moi, je suis serein.(…)

« Libération de Gbagbo, une obligation… »

Nous tous qui sommes là, nous sommes mobilisés en pensée pour leur libération. Et nous allons agir dans l'action pour leur libération. On n'a pas besoin de le proclamer de façon tapageuse, de façon démagogique. Il faut agir. C'est notre obligation. Je l'ai dit le 7 septembre 2013 à Abidjan que la libération de Laurent Gbagbo, c'est une obligation pour nous. Ce n'est même pas un devoir, c'est une obligation. Et c'est un impératif. Nous sommes obligés de nous battre. Et nous devons travailler à libérer Laurent Gbagbo. Et nous devons le dire sans faiblesse aux autorités. C'est dans leur intérêt, c'est dans l'intérêt de la Côte d'Ivoire. Parce que la Côte d'Ivoire ne sera pas en paix avec elle-même si Gbagbo est en prison. La Côte d'Ivoire ne sera pas en paix avec elle-même si Simone est en prison, si Blé Goudé est en prison, si tous ces cadres depuis Toulepleu jusqu'à Bondoukou en passant par Abengourou, sont en exil, la Côte d'Ivoire ne sera pas en paix.

« Libérons la Côte d'Ivoire… »

Les Ivoiriens ne sont pas en paix. Ils souffrent parce qu'ils ont des frères qui sont en exil, ils ont des frères et sœurs qui sont en prison, ils ont Laurent Gbagbo qui est en prison à la Haye. Alors, libérons la Côte d'Ivoire, instaurons la paix dans la Côte d'Ivoire. (…) Il faut donc que ceux qui maintiennent les prisons fermées, les libèrent, qu'ils libèrent aussi les frontières. Et là, je m'adresse particulièrement à Alassane Ouattara, c'est lui qui a les clés des prisons et des frontières. Il faut qu'il se libère lui-même, parce qu'il est en prison. Il le sait lui-même (…).Quand vous vivez en société, que l'affection vous manque, c'est pire qu'une maladie. Or, Ouattara n'a pas l'affection de la majorité des Ivoiriens. Lui-même le sait mais, il attend parce qu'il n'agit pas selon la volonté de la majorité. (…)

« Nous ne sommes pas des tueurs »

...Je leur garantis que si nous sortons de prison, nous n'allons pas les pourchasser, on ne va pas les attacher, nous n'allons tuer personne, parce que nous ne sommes pas des tueurs, nous ne sommes pas des « détruands ». Nous sommes plutôt des gens qui veulent construire. Ce qu'ils ont gâté, nous allons le construire. Là où ils ont mis la méchanceté, nous allons y mettre l'amour. Là où ils ont mis la pauvreté, nous allons y mettre le bonheur.(…). Parce que le temps que j'ai été en prison, c'est un phénomène, c'est une situation qui nous a fait réfléchir pendant ces deux ans. Il n'y a personne ici et dans toute la Côte d'Ivoire qui ne se soit pas posé des questions.

« Ouattara n'est pas Dieu… »

La foi, la foi, toujours la foi ! Ne tremblez pas devant un acte posé par un homme comme vous. Si c'est Dieu qui l'a décidé, oui, nous nous inclinons. Mais, un homme comme vous, un être humain comme vous, ne tremblez pas devant ses actes. Donc ne tremblons pas devant les faits et gestes de Ouattara parce qu'il n'est pas Dieu et ne sera jamais Dieu. Et il ne faut pas qu'il se prenne pour Dieu parce qu'il a aujourd'hui des (élements) Frci armés prêts à tirer sur les honnêtes citoyens. Peut-être que Dieu l'a suscité pour nous enseigner. Mais, nous avons compris l'enseignement de Dieu. Nous nous sommes repentis et Dieu a décidé, comme il l'a fait pour Israël, de ressusciter son peuple, le peuple de Côte d'Ivoire ; d'ouvrir un chemin pour ce peuple-là, et c'est ce chemin-là que nous sommes venus ouvrir pour que tous les autres prisonniers sortent, po (...)

Lire la suite sur Soir Info


village Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo Simone Gbagbo Alassane Ouattara Bondoukou Affi N'Guessan Blé Goudé Fpi Abidjan Toulepleu Abengourou accident Ivoirien



Educarriere sur Facebook