Rupture totale d'antirétroviraux dans des formations sanitaires : Des malades du Sida en pleur, les médecins craignent le pire

  • Source: Soir Info
  • Date: sam. 24 août 2013
  • Visites: 2020
  • Commentaires: 0
Depuis une dizaine de jours, selon nos sources, il y a une rupture totale d'antirétroviraux (Arv) dans les structures sanitaires en charge des malades infectés par le Vih/Sida, dans le district sanitaire d'Abengourou.

Des malades en provenance de tous horizons de la capitale de l'Indénié (et même au-delà) qui veulent se ravitailler, sont donc renvoyés chez eux. Pire, on évite même de faire de nouveaux tests du Vih pour ne pas accroître le nombre de cas sans traitement.

L'information a été livrée, le 20 août 2013, par un médecin, à la faveur d'une rencontre de la direction régionale de la santé de l'Indénié-Djuablin tenue à la sous-préfecture de Niablé. Le praticien dans son intervention a dit craindre le pire, vu qu'une fois entamé, le traitement aux Arv (qui se fait à vie) ne doit pas être interrompu au risque pour le malade de développer des résistances et de trouver la mort.

Une visite discrète dans le centre de santé à Abengourou où le plus grand nombre de ces malades est concentré, nous a permis de confirmer l'inform (...)

Lire la suite sur Soir Info


Abengourou information



Educarriere sur Facebook