Dr Ehoussou Narcisse (Pdt du courant ''PDCI-Nouvelle vision'') met le feu : « Bédié est coincé... » - « Militants, levez-vous... » - « KKB ne dit pas n'importe quoi »

  • Source: Soir Info
  • Date: vend. 05 juil. 2013
  • Visites: 3599
  • Commentaires: 0
Le Docteur Ehoussou Narcisse, personnalité politique très remarquée du Pdci, dont il est membre des instances depuis de nombreuses années, est un sachant de taille.

L'ancien président du Meeci (Mouvement des élèves et étudiants de Côte d'ivoire) est le secrétaire général d'un courant baptisé « la nouvelle vision du Pdci Rda » crée depuis 2007.

Le Dr Ehoussou Narcisse est Vice-président de la chambre de commerce et de l'industrie de Côte d'Ivoire. Il est aussi le président du comité national du Codex Alimentarius de Côte d'ivoire (organisation internationale de la FAO pour la qualité des produits commerciaux agricoles), et conseiller pour l'Afrique au comité exécutif de la commission du Codex alimentarius.

Nous l'avons rencontré pendant sa mission à Rome dans le cadre de la 68è session du Comité exécutif et de la 36ème session annuelle de ladite commission du 1- 05 juillet 2013. Il nous parle de la vie du Pdci-rda, du futur congrès et de la vie de son nouveau courant politique au sein du plus vieux parti Ivoirien. Entretien

Docteur, vous êtes le secrétaire général du Pdci Rda nouvelle vision, quelles sont vos ambitions ? Et comment se porte votre formation ?

Ehoussou Narcisse : Notre courant se porte à merveille depuis sa création. C'est vrai qu'on ne nous entend pas depuis un certain temps mais nous sommes au travail. Nous nous réunissons et les choses avancent. Nous continuons de réfléchir et je pense que dans peu de temps, l'on va à nouveau nous entendre sur les questions essentielles qui intéressent aujourd'hui, non seulement le PDCI-RDA mais aussi la Côte d'Ivoire. Notre ambition est de rassembler tous ceux qui sont restés dans la maison d'Houphouët d'abord. Ensuite aller chercher ceux qui sont au dehors, c'est ce que nous ambitionnons de faire.

Que pensez-vous du Rhdp, ce groupement politique houphouetiste ?

E.N : Nous pensons que l'heure est grave aujourd'hui. La grande alliance née pendant la période des élections présidentielles, le Rhdp, est finalement un attelage hétéroclite où chacun prêche pour sa propre chapelle. Tous ceux qui savent lire entre les lignes le savent très bien. On peut faire la politique de l'Autriche mais les gens savent très bien que le Rhdp est en train de prendre de l'eau de partout. Je vous donne un exemple simple. Lors des dernières législatives, M. Alphonse Djédjé Mady, secrétaire général du Pdci-rda et président du directoire du Rhdp, était candidat à Saïoua pour le compte du Pdci-rda.

Eh bien, il a eu en face de lui un candidat non pas indépendant mais un candidat officiel du Rdr. Est-ce que vous pensez que, cela est un rassemblement pour des gens qui vont dans la même direction ? Mais encore surprenant, après l'échec de ce candidat, il a introduit une action en annulation pour l'élection de M. Djédjé Mady.

Dans ces conditions, pensez-vous sincèrement qu'on peut parler de rassemblement ? Comment pensez-vous réussir ? Croyez-vous que les cadres du Pdci-rda épouseront vos idées ? Nous avons de nombreux cadres, des jeunes, des femmes, qui sont avec nous. Nos structures ici comme à l'extérieur, continuent de travailler. Nos sections continuent de fonctionner, de réfléchir. Ceux qui sont par exemple aux Usa, participent aux réunions des militants du Pdci avec son étiquette ''Vision-Nouvelle'' et c'est la même chose en France, en Suisse. Donc nos militants qui sont avant tout des militants du Pdci sont là, nous continuons de travailler.

Le mois d'octobre prochain le Pdci entre en congrès, comment jugez-vous les récentes descentes de la jeunesse à travers son président KKB ?

E.N : Vous savez que ce que le jeune frère dit et fait, c'est le prolongement des actions que nous avons commencées depuis 2007 pour expliquer les problèmes qui plombent l'évolution du Pdci. Comment est-ce qu'on peut les résoudre pour avancer. Tout ce qu'il dit, ce n'est pas nouveau.

Tout le monde vit cela mais les gens ne veulent pas parler, lui comme nous, a pris ses responsabilités, et a décidé de parler. Sinon quand il parle de l'organisation du congrès, il rappelle à ceux qui l'oublient que le Pdci a des textes et qu'il est important de se fonder sur ces textes-là. Des gens disent que c'est le bureau politique qui organise le congrès, mais le bureau politique, c'est qui ? La réponse se trouve dans les textes du Pdci. L'article 40 dit que le secrétaire général est l'animateur du parti. Celui qui exécute les décisions du congrès et du bureau politique, c'est le secrétaire général du Pdci. Si le bureau politique a décidé de l'organisation du congrès celui qui le fait conformément aux textes, c'est le secrétaire général. Donc, quand KKB le dit, il ne dit pas n'importe quoi. Ceux qui disent n'importe quoi sont ceux qui pour leur pitance cherchent à distraire les militants. Quand il dit que le Pdci doit avoir un candidat pour les prochaines élections, il est logique avec le statut du Pdci-rda qui est un parti politique. Et quelle est la vocation d'un parti politique ? Un parti politique se crée, conquiert le pouvoir d'État et l'exerce. Maintenant si le Pdci n'est plus un parti politique, qu'on nous le dise et nous aviserons.

Que pensez-vous d'une candidature du Pdci-rda aux futures élections présidentielles 2015 ?

E.N : En 2015, le Pdci devra et aura un candidat. Dans le cadre du Rhdp les choses sont très claires il me semble. Quand les témoins de l'histoire sont vivants, il ne faut pas chercher à trafiquer cette histoire. Rappelons-nous qu'après la mise en place du Rhdp, le premier à avoir dit qu'il fallait une candidature unique, c'était M. Anaky Kobéna. Rappelez-vous aussi, que suite à cet appel, M. Djédjé Mady, au cours de l'une de ses tournées politiques à l'intérieur du pays, avait dit que le Rhdp allait avoir un candidat unique. Et c'est M. Ouattara futur candidat du Rdr qui avait dit que chaque parti aura son candidat. Ce que nous avons retenu, c'est que c'est au deuxième tour, que le candidat le mieux placé sera soutenu par les autres. Maintenant, on va à une nouvelle élection, de façon logique et même conformément au Rhdp, chaque parti devra avoir son candidat et c'est au second tour que celui qui sera mieux placé, pourra bénéficier du soutien des autres si on reste dans cette démarche.

Quels sont vos rapports avec la jeunesse du Pdci, et surtout avec ses responsables ?

E.N : Nous avons de bons rapports avec ses responsables parce que ce sont des jeunes qui évoluent dans le prolongement de ce que nous avions été pour le parti, responsables des jeunes du parti en son temps. De temps en temps ces jeunes viennent vers nous pour demander des conseils. C'est cela aussi la chaîne des générations.

Vous êtes membre du bureau politique du Pdci, pouvez-vous nous dire quel est le véritable problème autour de l'organisation de ce congrès ?

E.N : En réalité, il n'y a pas de problème. Nous avons des textes mais parfois, on prend beaucoup de liberté avec les textes du Pdci. Nous sommes heureux qu'aujourd'hui, le secrétaire général du Pdci ait décidé en définitive de s'appuyer sur les textes du parti. Tout ce qui se passe autour de l'organisation du congrès, pour nous, n'a pas de sens. Les textes disent que le congrès est organisé par le bureau politique, lequel bureau politique a pour animateur principal le secrétaire général, donc c'est lui qui va l'organiser. On entend souvent dire qu'il y a un comité ad' hoc. Mais c'est quoi un comité ad' hoc ? C'est un comité auquel on donne une mission précise pour un temps bien déterminé.

Quand le comité ad' hoc finit son travail, c'est terminé, il (...)

Lire la suite sur Soir Info


KKB Anaky Djédjé Mady Ouattara Pdci Rhdp Côte d'Ivoire France Suisse Afrique présidentielle candidature élections



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour