Condamné à 20 ans de prison, Charles Blé Goudé écrit au Tribunal criminel d'Abidjan : « Ne me privez pas de mon droit de recourir contre votre décision. »


Charles Blé Goudé (à gauche), invite les juges ivoiriens à l'intégrité
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 17 janv. 2020
  • Visites: 1627
  • Commentaires: 1
Charles Blé Goudé, l'ex-ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, n'est visiblement pas content de la sentence qui lui a été infligée par la Justice ivoirienne pour des faits liés à la crise post-électorale de 2010. Condamné à vingt (20) ans de prison, de dix (10) ans d'interdiction de paraître sur le territoire de la République de Côte d'Ivoire, à l'exception de son lieu de naissance et de dix (10) ans de privation de droit, Charles Blé Goudé fustige cette décision de justice et invite le Tribunal criminel d'Abidjan à motiver cette décision, afin qu'il puisse avoir la possibilité de saisir les institutions judiciaires pour exercer un recours. Ci-dessous l'intégralité sa lettre déposée le jeudi 16 janvier 2020 au Tribunal criminel d'Abidjan par son avocat Me N'Dri Claver.

Monsieur le Président du Tribunal Criminel,

Je vous adresse cette lettre à la suite de ma condamnation par contumace. Ayant appris cette décision qui me concerne par le canal de la presse, j'ai fait vérifier cette information auprès du Greffe du Tribunal correctionnel.

Il ressort des vérifications faites que par jugement N°2 en date du lundi 30 Décembre 2019, le tribunal criminel, composé de messieurs CISSOKO AMOUROULAYE IBRAHIM, de DEZAÏ ALAIN JOEL, de madame SERY DESIREE NATHALIE épouse DIALLO, de madame KACOU ANINI APPIA LEOPOLDINE épouse YEMAN et de monsieur YEBOUA KOUAME-KRA, m'a reconnu coupable pour les faits de complicité de meurtre, complicité de coups et blessures volontaire et de violence et voies de fait et m'a condamné à Vingt (20) ans de prison et de Dix (10) ans d'interdiction de paraître sur le territoire de la République à l'exception de mon lieu de naissance, de Dix (10) ans de privation de droit (articles 68 et 69 du Code Pénal) et a décerné contre moi un mandat d'arrêt.

J'entends tout naturellement tirer les avantages prévus par l'alinéa 2 de l'article 5 du Code de Procédure Pénale qui prévoit que « Toute personne condamnée a le droit de faire examiner sa cause par une juridiction supérieure ». C'est pourquoi, je vous prie de bien vouloir rédiger cette décision afin que l'organe habilité me la notifie à l'adresse qu'il est aisé de connaitre en saisissant les autorités de la Cour Pénale Internationale.

En ce qui me concerne, je suis bien curieux de savoir comment votre tribunal a pu apprécier la question de « l'accusé absent sans excuse valable » dans la mesure où la réponse à cette interrogation est un préalable pour recourir à la procédure de contumace.
Dans l'entier dossier qui vous a été transmis, les juges ne pouvaient pas ignorer la décision numéro 67 du 21 Mars 2014 rendue par la Cham (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Charles Blé Goudé Côte d'Ivoire Abidjan mandat d'arrêt SIR




Educarriere sur Facebook