Le FPI appelle les autorités judiciaires à surseoir aux arrestations des partisans de Soro

  • Source: APA
  • Date: mer. 25 déc. 2019
  • Visites: 1598
  • Commentaires: 0
Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition) présidé par Pascal Affi N'Guessan, a appelé mardi les autorités politiques, judiciaires et policières ivoiriennes « à surseoir aux arrestations» des partisans de Guillaume Soro, l'ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne dont plus de quinze proches ont été interpellés lundi à Abidjan.

Poursuivant, Issiaka Sangaré, le porte-parole et secrétaire général du FPI  dit attendre les suites de l'information judiciaire ouverte contre M. Soro par le procureur de la République pour présomption grave de tentative d'atteinte à l'autorité de l'État, de recel de deniers publics et de blanchiment de capitaux.

Il a, par ailleurs, invité au respect de la procédure concernant les députés arrêtés qui bénéficient de l'immunité parlementaire et a demandé leur libération.

Dans le même élan, la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP), une plateforme de l'opposition ivoirienne présidée par l'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié,  a dénoncé mardi dans une déclaration, des « dérives dictatoriales» en Côte d'Ivoire après le mandat d'arrêt international émis par les autorités ivoiriennes contre Guillaume Soro, l'ex-président du parlement ivoirien et l'arrestation de plusieurs cadres proches de celui-ci.

« La CDRP s'insurge contre ces dérives dictatoriales répétées du régime RHDP-unifié, contraires aux principes élémentaires de la démocratie et de l'Etat de droit...», rapporte cette plateforme politique marquant sa « surprise et son indignation » devant les accusations d'attentat à la sûreté de l'État et de détournement de deniers publics portées contre M. Soro.

« La conférence des présidents demande aux militants de rester sereins, de ne pas se laisser distraire des axes prioritaires de la lutte ; à savoir la réforme de la CEI (Commission électorale indépendante), la libération de tous les prisonniers politique, civile et militaire pour donner une chance à la réconciliation, la prolongation du délai de validité des cartes nationales d'identité arrivées à expiration et la gratuité des Carte nationales d'identité», a ajouté Aka Ahizi, le porte-parole de la conférence des présidents de cette plateforme qui a signé la déclaration. 

L'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro dont l'avion  le transportant en pr (...)

Lire la suite sur APA


Henri Konan Bédié Guillaume Soro Affi N'Guessan Front populaire ivoirien FPI RHDP Commission électorale indépendante CEI CDRP Côte d'Ivoire Abidjan réconciliation détournement mandat d'arrêt international Assemblée nationale opposition




Educarriere sur Facebook