Jean-Louis Billon : « Quand Ouattara va se retirer de la politique, le RHDP disparaîtra »
Simone Gbagbo : « On n'a qu'à aller le plus loin possible avec le PDCI »


Simone Gbagbo et Jean-Louis Billon ont présenté la vision de leurs partis respectifs pour la paix.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 04 déc. 2019
  • Visites: 2726
  • Commentaires: 1

L'alliance entre le Parti démocratique de Côte d'Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) et le « Parti de Gbagbo » devra aboutir à créer les conditions d'une « réconciliation vraie » et obtenir le retour de l'ex-président ivoirien, maintenu en Belgique depuis son acquittement, en janvier dernier. C'est ce qui ressort de la table-ronde organisée, lundi 2 décembre 2019, à l'hôtel Belle Côte, à Cocody-Riviera Palmeraie, par le Mouvement Solidarité pour Laurent Gbagbo, présidé par Maurice Lohourignon. Deux panélistes : Simone Éhivet Gbagbo, pour le camp Gbagbo, et Jean-Louis Billon, pour le Pdci-Rda, devaient se prononcer sur le thème général « Relever le défi de la réconciliation pour gagner la Côte d'Ivoire ».

Spécifiquement, Simone Gbagbo a développé le sous-thème « Retour de Laurent Gbagbo pour une vraie réconciliation », quand le Secrétaire exécutif du Pdci-Rda chargé de la Communication, de l'information et de la propagande, a entretenu l'auditoire sur « Pdci-Fpi : les promesses d'un rapprochement historique ».

Pour l'épouse de Laurent Gbagbo, « on n'a qu'à aller le plus loin possible avec le Pdci dans ce combat, qui est le combat d'actualité, sans tromperie, sans entourloupe… Le plus important, ce ne sont pas nos couleurs politiques ». Selon elle, le thème général abordé est évocateur de deux réalités en Côte d'Ivoire. Elle a indiqué : « notre pays est dans un tel état de délabrement moral, politique, institutionnel… que nous sommes obligés de relever le défi de la réconciliation pour sauver la Côte d'Ivoire ». Parce qu'à l'entendre, « chaque jour, notre pays nous échappe… Nous devons réussir absolument la réconciliation pour sauvegarder la Côte d'Ivoire. Nous avons le devoir de ne pas perdre notre nation ». Elle a dépeint une situation alarmante, dénonçant l'orpaillage clandestin, l'insécurité grandissante, la pauvreté… « Il subsiste dans notre pays, des plaies béantes. Notre plus grand besoin, c'est que ces plaies se referment, de sorte que nous redevenions bien portants, le corps et l'esprit en santé, pour que nous travaillions à la reconstruction, à la restauration de notre pays », a-t-elle déclaré, soulignant que pour y arriver, il faut « une réconciliation sincère qui s'étende à tous les ressortissants venus vivre sur notre territoire ».

En outre, a-t-elle indiqué, il va falloir faire asseoir les groupes en conflit, pour qu'ils règlent leurs différends. Ce qui aboutirait, in fine, à une « redéfinition du pacte social, à une revisitation de la Constitution ». Elle a ébauché des pistes de solutions pour une Côte d'Ivoire réconciliée. Cette réconciliation, à l'écouter, passe par le retour de Laurent Gbagbo dans son pays. « Nous sommes d'accord pour dire que Félix Houphouët-Boigny est le père de la nation ivoirienne. Mais il faut que nous soyons aussi d'accord pour dire que Laurent Gbagbo est le père de la démocratisation, de la décentralisation… en Côte d'Ivoire. Les populations reconnaissent le symbole que représente Laurent Gbagbo pour l'espoir, la survivance de la nation », a soutenu Simone Gbagbo, notant qu'il est un instrument pour le plaidoyer pour la paix, « un interlocuteur incontournable et indispensable, le médiateur accepté et désiré de cette réconciliation ». Pour elle, la réconciliation est un long processus qui doit être propulsé par le gouvernement. Aussi, a-t- (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Félix Houphouët-Boigny Laurent Gbagbo Simone Gbagbo Billon Pdci Fpi Rassemblement Côte d'Ivoire Cocody Riviera Belgique réconciliation gouvernement orpaillage Constitution




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour