Enseignement supérieur : Les universités de nouveau paralysées dès lundi, de grosses menaces planent sur le BAC et le BTS


Ces responsables syndicaux ont décidé de déchirer la trêve sociale prônée par le gouvernement ivoirien.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 18 mai 2019
  • Visites: 1131
  • Commentaires: 0
Les universités publiques, les instituts de recherche et grandes écoles de Côte d'Ivoire, seront de nouveau fermées à compter du lundi 20 mai 2019. En effet, trois (03) syndicats de l'enseignement supérieur du pays, et non des moindres ont décidé d'unir leurs forces en vue de mener une grève pour l'amélioration des conditions de vie des enseignants chercheurs de Côte d'Ivoire. Il s'agit notamment, de la Coordination des enseignants chercheurs de Côte d'Ivoire (Cnec), du Collectif des enseignants chercheurs de Côte d'Ivoire (Codec), du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Côte d'Ivoire (Sylec).

Ces trois (03) syndicats ont décidé de déchirer la trêve sociale prônée par le gouvernement ivoirien. Laquelle, stipule une abstention de grève des syndicats de Côte d’Ivoire sur une durée de cinq (05) ans. En conférence de presse le samedi 18 mai 2019 au siège de la Cnec, sis, à l’Université Félix Houphouët Boigny (Ufhb), d’Abidjan-Cocody, les premiers responsables de la Cnec, du Codec et du Sylec ont annoncé la fermeture des universités publiques et instituts de recherche de Côte d’Ivoire pour une durée d’une (01) semaine à compter du lundi 20 mai 2019.

Cette grève, indique Johnson Zamina, porte-parole de la Cnec, pourrait être reconduite si le gouvernement ivoirien ne pose pas des actes forts allant dans l’intérêt des enseignants chercheurs de Côte d’Ivoire. Ces derniers réclament entre autres, de nouveaux salaires, de nouvelles primes de recherches, le paiement des reliquats des heures complémentaires 2015-2016 et 2016-2017 à l’Ufhb, l’amélioration des conditions de travail, la révocation du président de l’Ufhb, prof Abou Karamoko. « Nous voulons de nouveaux salaires parce que nous le méritons. Nous sommes classés après le doctorat et c’est à l’international que nous sommes évalués. Nous voulons un salaire à la hauteur du doctorat désormais. Egalement une prime de recherche à la hauteur du doctorat parce que la prime qu’on nous donne est de plus en plus dépassée. D’où vient-il qu’un professeur titulaire n’a que 625.000 F cfa le trimestre comme prime de recherche, alors que, à la fonction publique, la secrétaire a 900.000 F cfa pour le même trimestre. Si l’Etat fait cet effort de donner à une secrétaire 900. 000 Fcfa pour le trimestre alors que l’enseignant ici, qui est le professeur titulaire à 625.000 Fcfa. C’est comme si, l’Etat était en train de dire à l’élève d’être au-dessus de son maître. Nous avons les plus grands diplômes, mais nous sommes maltraités dans ce pays. Ceci n’est pas bon pour un pays qui se veut émergeant.», a martelé Prof. Johnson Zamina, affirmant au passage que cette grève n’a aucun relent politique contrairement à ce que pense le gouvernement ivoirien.

Pour Dr Oulai Pascal, premier responsable du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Côte d’Ivoire (Sylec), cette gr&egr (...)

Lire la suite sur linfodrome.com