Réinsertion des enfants en conflit avec la loi : Bakayoko-Ly Ramata sur des sites d'apprentissage

  • Source: fratmat.info
  • Date: sam. 11 mai 2019
  • Visites: 1753
  • Commentaires: 0
La ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant a rendu visite à des bénéficiaires du Programme national de resocialisation et de réinsertion des enfants vulnérables (Pnrrev), dans la commune de Yopougon.

Un véritable périple, le vendredi 10 mai 2019, pour la ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, le Pr Bakayoko-LY Ramata et ses collaborateurs. La cause en valait la peine: « Echanger avec les bénéficiaires du Programme national de resocialisation et de réinsertion des enfants vulnérables (Pnrrev) réinsérés et leurs formateurs, afin de mieux s'imprégner de leur situation sur leurs lieux d'activité.

La tournée a donc commencé dans l'atelier ‘'Tahia soudure'' sis à Bonikro (route de Dabou) où la ministre Bakayoko-Ly Ramata a été émerveillée par les résultats obtenus. « Nous avons fait notre devoir de contribuer à la resocialisation des enfants en conflit avec la loi par la prise en charge de celui que vous nous aviez confié. Certes, l'encadrement n'a pas été de tout repos mais avec quelques stratégies mises en place, je peux affirmer qu'il a suivi avec satisfaction la formation et est même apte à s'installer à son propre compte ». C'est en ces termes que le patron de l'atelier, Jaques Tahia, a résumé le séjour d'apprentissage de Koné Abdoulaye dans son entreprise.

En effet, ce dernier faisait partie de ceux qu'on appelle ‘'les enfants en conflit avec la loi'' pour lesquels le gouvernement, avec l'appui des partenaires, a mis en place un programme de resocialisation et de réinsertion, piloté par la Cellule de coordination et de suivi de la réinsertion (Ccsr). Cette cellule va se muer en Programme national de resocialisation et de réinsertion des enfants vulnérables (Pnrrev).

Ainsi, par des campagnes de sensibilisation conduites par les équipes de la Ccrs, à Abidjan et à l'intérieur du pays, des enfants ont accepté de revenir à la maison, dans la cellule familiale, bien évidemment en passant par le centre de resocialisation de M'Bahiakro. « Je vivais à Yopougon Gesco, dans les rues. Je ne faisais pas de bonne chose. Mme Kouassi est venue au quartier nous sensibiliser, à plusieurs reprises et j'ai décidé de sortir de la rue et m'inscrire au centre de M'Bahiakro où on a bénéficié de six mois de formation. Je fais partie de la troisième vague des pensionnaires de ce centre de M'Bahi (...)

Lire la suite sur fratmat.info


Yopougon don Abidjan entreprise Program Ly Ramata Femme Famille M'Bahiakro gouvernement formateurs formation




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour