Crise post-électorale de 2011: Désespérées par leur situation, des victimes de l'ouest veulent engager une grève de la faim
• Kpahé Julien (Porte-parole des victimes de Nahibly) : « Depuis l'ouest, on ne nous écoute pas »


(Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 15 fév. 2019
  • Visites: 1014
  • Commentaires: 0
C'est en désespoir de cause qu'elles se sont rassemblées dans la cour de la cité administrative, au Plateau, tôt le matin, ce lundi 11 février 2019, pour entamer, ensemble, une grève de la faim de trois jours.

Juste au bas de l'immeuble où se tient le cabinet du ministère de la Solidarité. Près d'une centaine de victimes de la crise ivoirienne, y compris celles de Nahibly, à Duékoué, se sont retrouvées pour crier leur amertume face à ce qu'elles ont appelé « un délaissement » de la part des autorités en charge de leur situation. Emmenés par le président du Collectif des victimes des crises en Côte d'Ivoire (Cvci), Issiaka Diaby, ces femmes, ces hommes, amputés pour certains, ces jeunes vivant désormais avec des handicaps, ont voulu faire le siège de la cité administrative.

Mais ils ont été vite dissuadés par les autorités policières de la ville, dirigées par le préfet de police d'Abidjan. Celui-ci a réussi à les convaincre de quitter les lieux, se refusant d'user de la force pour les déloger. Eux qui traînent déjà tant de souffrances. Finalement, ces victimes ont trouvé refuge dans l'enceinte de la mairie rénovée d'Adjamé, dans la commune d'à côté. Sur place, Issiaka Diaby leur a demandé, tant bien que mal, de garder espoir parce que le préfet de police souhaitait les rencontrer pour échanger. Ainsi, 8 personnes ont été désignées : 2 personnes pour relever les problèmes des victimes de Duékoué, 2 autres pour parler de la situation des orphelins du fait de la crise, 2 autres encore pour défendre les blessés de guerre, et 2 personnes pour poser la question des biens matériels détruits et/ou confisqués.

Par ailleurs, le président du Cvci les a informés qu'une délégation de 20 personnes devrait être reçue incessamment par les « autorités ». Un soulagement pour certaines victimes qui ont dit attendre cette rencontre, pour s'exprimer véritablement.

Venu de Duékoué pour participer à l'action engagée par Issiaka Diaby et le Cvci, Kpahé Julien, un planteur d'une quarantaine d'années, accompagné de plusieurs personnes, s'est présenté comme le porte-parole des victimes du massacre du camp de réfugiés internes de Nahibly, dans la commune de Duékoué, le vendredi 20 juillet 2012. À cette date, ce camp 3 qui était pourtant gardé par un contingent de Casques bleus issus du Maroc, avait subi un assaut meurtrier de personnes armées de gourdins, de machettes, d'armes à feu. Plusieurs morts avaient été dénombrés.

« Les morts, on ne pouvait pas les déchiffrer. Il y en avait beaucoup mais ce sont les six corps (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Abidjan Plateau Adjamé Maroc police réfugiés




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour