X

Côte d'Ivoire : le taux d'investissement privé est passé de 6,3% en 2011 à plus de 14,3% en 2017 (Ministre)

  • Source: APA
  • Date: mar. 04 sept. 2018
  • Visites: 393
  • Commentaires: 1
Le taux d'investissement privé en Côte d'Ivoire est passé de 6,3% en 2011 à plus de 14,3% en 2017, a révélé lundi à Abidjan, la ministre ivoirienne du plan et du développement, Nialé Kaba.

« Le taux d'investissement privé est passé d'environ 6,3% en 2011 à plus de 14,3% en 2017. Aussi, en vue de maintenir l'élan du secteur privé, le gouvernement accéléra la dynamique des réformes pour renforcer la bonne gouvernance, la justice et l'amélioration du climat des affaires», a promis Mme Kaba qui s'exprimait lors de l'ouverture d'un dialogue de haut niveau sur le Document combiné de stratégie pays ( DSP 2018-2022) et de revue de la performance du portefeuille pays ( RPPP) pour la Côte d'Ivoire conjointement organisé par la  Banque africaine de développement ( BAD) et le gouvernement ivoirien.

 Saluant la « contribution significative» de la BAD dans les performances réalisées par la Côte d'Ivoire, Mme Kaba a également souligné que le taux d'investissement public dans le pays s'est lui-aussi accru passant de 2,6% en 2011 à 6,8%, en 2017.

« La mise en œuvre du DSP 2013-2017 par la BAD a permis de soutenir le Plan national de développement (PND 2012-2015) à travers deux piliers », a-t-elle rappelé se réjouissant de ce que entre 2013 et 2017, « les engagements nets de la banque dans notre pays ont plus que quintuplé passant de 193,87 millions d'unités de compte (MUC) en 2013 à 448.5 MUC en 2015 pour s'établir à 1029,14 MUC en 2017».

Poursuivant la ministre a ajouté que la répartition sectorielle du portefeuille de la BAD dans le pays, met  notamment en exergue le transport (56,3%) et l'énergie (28,8%) suivis des secteurs comme l'agriculture ( 11,8%) et la gouvernance (2,8%).

Expliquant le DSP 2018-2022, Mme Kaba a indiqué que ce document a été élaboré autour de deux piliers que sont le renforcement des infrastructures structurantes et la gouvernance ainsi que le développement des chaînes de valeurs agro-industrielles  pour impulser une croissance inclusive et durable.

 « Ce dialogue qui s'ouvre a pour objectif de poursuivre les échanges et de recueillir les observations afin d'enrichir le DSP avant sa présentation prochaine au conseil d'administration de la banque pour son approbation finale», a conclu la ministre.

Auparavant, la directrice générale pour l'Afrique de l'ouest de la BAD, Marie-Laure Akin-Olugbade, s'e (...)

Lire la suite sur APA



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook