Reportage / Une semaine après sa libération: Sur les ruines de la résidence de Simone Gbagbo à Moossou

  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 17 août 2018
  • Visites: 2659
  • Commentaires: 0
Une semaine après sa sortie de prison, Simone Gbagbo n'a toujours pas foulé sa terre natale de Moossou à Grand-Bassam. C'est que le piteux état dans lequel se trouve encore sa résidence l'empêche de s'y installer. Nous y avons fait un tour le mardi 14 août 2018. Reportage.

Dès l'entame de la centaine de mètres de bitume qui donne sur l'impressionnant portail de la résidence de l'ex-Première dame, le visiteur est saisi par le silence de cimetière qui y règne. Aucun dispositif de sécurité, aucun attroupement. Ni véhicule stationné à la devanture. Un décor plutôt glacial, qui jure avec la fièvre à laquelle notre équipe de reportage s'attendait. Autant qu'il contraste avec l'animation que connaît la résidence du couple Gbagbo de la Riviera Golf, depuis que Simone y a pris ses quartiers, le mercredi 8 août 2018, après être sortie de prison.

Alors que nous en étions à nous interroger sur ce silence troublant, nous voyons sortir de la cour un monsieur et une dame. A peine l'avons-nous approché et salué que l'homme nous invite à franchir le portail pendant qu'il cherche à héler un taxi communal pour la dame. Sans autre forme de procès. Quelque peu intrigué par cette facilité avec laquelle nous sommes invité à accéder à la résidence, sans avoir à montrer patte blanche d'abord, nous hésitons un moment. Sur insistance de cet habitué des lieux, nous voilà à l'intérieur de ce qui fut la demeure de la première dame sous le régime Gbagbo.

Le portail franchi, le regard est tout de suite frappé par cette impression de vide malgré la présence d'une poignée de personnes sous le préau situé derrière la guérite. Une dizaine d'occupants y devisent, en effet, assis sur des chaises. Celui qui nous a autorisé à entrer nous présente à deux autres messieurs, qui paraissent les plus âgés. Parmi eux, Ehivet Charles, le frère de Simone Ehivet Gbagbo. Il nous apprend que l'ex-Première dame n'a pas encore mis les pieds à Moossou, encore moins dans sa résidence privée. « On se prépare à l'accueillir en accélérant les travaux de réhabilitation de la maison », lâche-t-il. Puis de souligner que le jour où la nouvelle de sa libération est parvenue à Moossou, il y avait fête dans la cour familiale, laquelle n'a rien à voir avec la résidence privée, aujourd'hui dévastée, de Simone Gbagbo. « Toute la maison était en effervescence. Les gens ont chanté et dansé toute la nuit jusqu'au matin », confie-t-il.

L'on nous apprend que pour son retour, il est prévu un culte, qui est attendu comme un temps fort. Nos hôtes disent cependant ne pas savoir le jour exact où cette cérémonie religieuse se tiendra. Mais leur plus gros souci, c'est de parvenir d'ici là à redonner fière allure à sa résidence, encore balafrée par les séquelles de la guerre post-électorale de 2011.

Les stigmates de la bourrasque.

Une visite guidée des ruines de ce « palais », achève de convaincre de l'étendue des dégâts. Malgré les travaux de rafistolage réalisés prestement pour permettre à la frange Abou Drahamane Sangaré du Front populaire ivoirien (Fpi) d'y tenir son meeting, les 4 et 5 août 2018, les trois bâtiments noyés dans la vaste cour d'environ 4 ha, portent encore les stigmates de la bourrasque.

Du bâtiment principal, comprenant la chambre à coucher de l'ex-Première dame, il ne reste que les murs : plus aucun apparat des années fastes. Les murs eux-mêmes ont été perforés par endroits, pour en arracher soit des fils électriques, soit un split ou tout autre accessoire. Ainsi, la baignoire de la douche et le bidet des toilettes de la chambre à coucher personnelle de l'ex (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Simone Ehivet Gbagbo Simone Gbagbo Front populaire ivoirien Fpi Riviera Grand-Bassam procès




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour