Cissé Bacongo charge : « Le PDCI ne peut pas être vendu parce qu'il n'y a pas d'acheteur du Pdci »
• « Guikahué peut continuer son jeu de prestidigitation ou de tour de passe-passe... »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 21 fév. 2018
  • Visites: 1707
  • Commentaires: 1
L'ex-ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative, et actuel Conseiller spécial du chef de l'Etat chargé des Affaires juridiques, institutionnelles et politiques, Cissé Ibrahima Bacongo, répond à Ahoussou Jeannot et à Guikahué, tous deux cadres du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), sur des débats en cours. Vice-président du Rassemblement des républicains (Rdr) chargé des Affaires juridiques et institutionnelles, des droits humains, également chargé des communes de Koumassi et Marcory, le député de Koumassi apporte la réplique, dans cette interview réalisée, le jeudi 15 février 2018, au Plateau, à ceux qui prônent une candidature de Bédié à la présidentielle de 2020.

Le Rdr, votre parti, a demandé à ses alliés, que les élections municipales et régionales de 2018 se fassent en parti unifié. Pourtant, les semaines s'égrènent sans que ce parti ne prenne forme. Pensez-vous, objectivement, qu'il sera possible de mettre en place le parti unifié avant les élections locales ?

Cissé Ibrahima Bacongo : Que la création du parti unifié intervienne avant les élections locales ou que celles-ci se déroulent après la création du parti unifié, pour moi, il s'agit de la même chose. Donc, pour moi, cela est tout à fait possible ! D'abord, je ne vois pas la contrainte majeure qui pourrait empêcher la création du parti unifié avant les élections locales, municipales et régionales. Je ne vois pas de contrainte de cet ordre, qu'elle soit juridique ou politique ! Les statuts et règlement intérieur ont été élaborés depuis 2016, dans le cadre des travaux du Comité ad'hoc mis en place par le directoire du Rhdp, et que j'ai eu l'honneur et le privilège de diriger. Dois-je rappeler à cet égard, que le président de la Conférence des présidents du Rhdp, le président Bédié, avait instruit le nouveau président du directoire, le ministre Amadou Soumahoro, lors de la passation de charges entre lui et son prédécesseur, le ministre Guikahué, d'apprêter les documents constitutifs du parti unifié-Rhdp, à l'échéance de septembre 2016. Ce travail a été fait.

 

Quelle a été la suite de ce travail ?

Ensuite, nous avons élaboré un manifeste qui contient la vision sous-jacente à la création du parti unifié, les objectifs qu'il vise. Je précise que les statuts et le règlement intérieur ont été élaborés sur la base des textes des partis membres du Rhdp, à savoir le Pdci, le Rdr, l'Udpci, le Mfa, l'Upci. Le Pit a pris le train en marche. En plus du manifeste et des statuts et règlement intérieur, nous avons élaboré une note d'orientation qui décrit, entre autres, la manière dont le parti unifié devrait être créé et, enfin, une note de procédure indiquant les étapes ou les différents actes qui doivent être accomplis en vue de la création effective de ce grand parti. Tous ces documents ont été remis à bonne date au président de la conférence des présidents du Rhdp, le président Henri Konan Bédié, en septembre 2016.

 

Mais, il y a qu'en dehors du Rdr, aucun autre parti membre du Rhdp ne s'est prononcé, au cours d'un congrès, sur la question de la création ou non du parti unifié !

En ce qui le concerne, le Rdr a organisé son congrès les 9 et 10 septembre 2017. Au cours de ce congrès, il a pris une résolution forte allant dans le sens de la création du parti unifié. Sans doute, les autres partis ne l'ont pas encore fait. Mais, ils peuvent le faire à tout moment. Un congrès peut être ordinaire ou extraordinaire. Autant le congrès ordinaire obéit à des séquences précisées dans les statuts et règlement intérieur, autant le congrès extraordinaire, conformément aux mêmes textes, peut se tenir à n'importe quel moment. De mon point de vue, pour la création du parti unifié, c'est plutôt un congrès extraordinaire que les autres partis membres du Rhdp devraient organiser. Il nous revient que le Pdci est en train de regarder dans cette direction. Les autres partis membres du Rhdp pourraient emprunter la même voie. Puisque nous voulons tous aller aux élections locales dans le cadre du Rhdp, dont le parti unifié me paraît être la modalité la mieux fédératrice, c'est maintenant qu'il faut que les partis alliés organisent respectivement des congrès extraordinaires, afin de sauter le pas au plan juridique.

 

Vous évoquez des contraintes. Elles peuvent être d'ordre politique quand on considère le discours des cadres- et non des moindres- du Pdci. Ahoussou Kouadio Jeannot, vice-président de ce parti, devant des militants de Toumodi et de Djekanou, le samedi 10 février 2018, a dit : « on ne peut pas vendre le Pdci » qui est un « patrimoine commun ». Le professeur Maurice Kacou Guikahué, n°2 du Pdci, a déclaré, par la suite, qu'il ne faut pas « mélanger » parti unifié et élections locales. Il a été formel : ces élections se tiendront dans le cadre du Rhdp comme pour les dernières législatives. Convenez que ce sont des contraintes à la mise en place du parti unifié avant les élections locales !

Je voudrais entendre cette déclaration du ministre d'Etat Ahoussou Kouadio Jeannot de deux façons. La première, c'est qu'effectivement, le Pdci, pas plus que le Rdr, le Mfa, l'Udpci, le Pit et l'Upci, ne peut pas être vendu. Parce que qui serait l'acheteur ? Il faudrait donc déterminer le marché et les acheteurs possibles. Le Pdci ne peut pas être vendu parce qu'il n'y a pas d'acheteur du Pdci. Sans doute s'exprimait-il face à des militants qui tiennent ce genre de discours ou a-t-il entendu des p (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Henri Konan Bédié Guikahué Amadou Soumahoro Ahoussou Jeannot Pdci Rhdp Rassemblement Côte d'Ivoire Plateau Marcory Toumodi Koumassi présidentielle candidature Fonction publique élections




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les appels d'offre