Lutte contre le grand banditisme : la mise en action de l'opération Epervier 3 créé un vent de psychose à Koumassi


(Photo © APA)
  • Source: APA
  • Date: vend. 22 sept. 2017
  • Visites: 1953
  • Commentaires: 0
L'Opération de sécurité dénommée Epervier 3 lancée, jeudi, avec un effectif de 1500 éléments des forces de l'ordre a créé un mouvement de panique et perturbé la circulation dans la commune de Koumassi (au sud d'Abidjan), a constaté APA sur place dans la capitale économique Ivoirienne.

Course poursuite dans les rues de Sicogi 3 entre forces de l'ordre et population, jets de gaz de lacrymogène, coups de matraque et ceinturons par-ci, embouteillage par-là…, c'est le spectacle qu'offrait, tôt, vendredi, ce sous-quartier de la commune de Koumassi.

Un détachement de corps habillés y a effectué une descente pour traquer les délinquants jusqu' en début d'après-midi. Selon UN  Lieutenant de police, c'est la mise en action de l'opération Epervier 3 lancée jeudi à Abidjan dont le but est de sécuriser la population et leurs biens.

‘'Nous sommes là pour traquer les bandits, les microbes, les drogués … nous devons rechercher et détruire les fumoirs, saisir les drogues, les armes à feu ou armes blanches…'', explique-t-il à APA. 

L'officier de police souligne que les zones d'intervention sont  bien ‘'déterminées'' mais quand ‘'nous arrivons dans une zone ils s'en fuient pour aller dans d'autres zones ou vont se réfugier dans les maisons donc nous allons les chercher''. 

‘'Les personnes que nous interpellons sont celles qui ont les dreads ou des coiffures avec beaucoup de cheveux, des lèguê…  nous connaissons aussi les drogués   ‘', ajoute le Lieutenant.

Seulement, soutiennent les populations, les forces de l'ordre ne font pas de distinction entre les délinquants et les honnêtes citoyens. ‘'Je suis sorti de chez moi à 7h pour me rendre au travail, j'attendais un wôrô wôrô (ndlr : véhicule de transport en commun) quand j'ai été approché par un élément de la police qui m'a invité à monter dans leur cargo, sans me demander à me présenter'', relate un riverain. 

Selon lui, il a été déshabillé avant de le libérer après avoir payé 3000 FCFA. ‘'Je retourne à la maison pour prendre de l'argent et aller au travail'', affirme-t-il, (...)

Lire la suite sur APA


Abidjan Koumassi police drogue microbes Ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour