Frais d'inscription aux concours administratifs 2017 : Le Directeur Général de la Fonction Publique rassure les candidats

  • Source: Fonction Publique
  • Date: mer. 22 mars 2017
  • Visites: 7823
  • Commentaires: 3

Le Directeur Général de la Fonction Publique, Monsieur AKA Koffi Bernard, a animé une conférence de presse, ce mardi 21 mars 2017, à la salle de conférences du Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l'Administration. Cette conférence de presse a été l'occasion pour le Directeur Général d'éclairer l'opinion publique nationale sur les  incidences financières engendrées par les frais de d'inscription aux concours administratifs et leurs clefs de répartitions.

Au cours de son exposé,  Monsieur AKA Koffi Bernard a fait la genèse des concours administratifs  sur la période 2010 à 2016. Il a souligné que  le Ministère en charge de la Fonction Publique n'a organisé aucun concours à grand tirage de 2010 à 2013,  car il fallait d'abord faire un audit des ressources humaines civiles de l'Etat. Les concours organisés dans cette période furent le recrutement particulier d'informaticiens et le concours professionnel exceptionnel de chauffeurs. Mais pour le concours de recrutement des informaticiens,    plus de onze milles postulants (11 000) se sont inscrits et  cinq cent (500) ont été retenus à concourir après authentification des informations qu'ils ont fournies. Au terme des épreuves, 197 ont été déclarés admis. Quant au second concours, ce sont cent cinquante (150) candidats qui se sont présentés et cinquante ont été déclarés admis. Monsieur le Directeur général a signalé que pour ces sessions spéciales, l'Etat, à travers, la Société Nationale de Développement Informatique (SNDI), a fournis les moyens pour l'organisation de ces épreuves. De ce fait les candidats ont été exemptés des frais d'inscription.

Dès l'année 2014, le Gouvernement donne son autorisation pour l'organisation véritable des concours d'entrée à la fonction publique dans toute sa composante. Ainsi, pour la session de 2014, l'on comptait, douze mille deux cent vingt-trois (12.223) postes budgétaires et  environ vingt-quatre mille huit cent quarante et un (24.841) candidats. Quant aux concours de l'année 2015, ce sont 49.245 candidats qui ont postulé pour douze mille quatre cent soixante-neuf (12.469) postes budgétaires. Et enfin, pour ceux de 2016, il existait huit mille trois cent vingt et un (8.321) postes  pour soixante-onze mille neuf cent soixante-onze (71.971) candidats. Le Directeur Général de la Fonction Publique a indiqué que les frais d'inscriptions qui étaient de trente-trois mille cinq cent francs (33.500f) cfa en 2014 ont été réduits de dix mille (10.000)f cfa, ce qui revient à vingt-trois milles (23 500 f) et ce depuis l'édition de 2016. Ces frais d'inscriptions représentent la contrepartie des candidats à l'organisation des concours qui coûtent à l'Etat environ  trois milliards de nos francs.

Aussi, le conférencier n'a pas manqué de préciser qu'aucun service public n'est gratuit. « C'est l'usager qui supporte la charge ou l'Etat à travers le budget » a-t-il indiqué. En ce qui concerne le cas de financement actuel des concours, c'est une répartition entre l'usager qui paye le quart et l'Etat les trois quart.

Au vu du nombre croissant des candidats, Monsieur le Directeur Général a déclaré que cela est dû à la bonne organisation des concours et la confiance qu'ont les candidats pour les sessions passées.

Il faut retenir que pour la clef de répartition,  il y a vingt-trois mille francs (23 500f) perçus comme frais d'inscription aux concours, treize mille cinq cent francs  (13 500 f) réservés pour la visite médicale et dix milles francs (10 000 f) versés dans  les caisses de l'Etat. Par contre, il faut signaler que les dix milles francs (10 000f) perçus pour la gestion des opérations des concours ont également leur clef de répartition à savoir, quatre-vingt pour cent (80 %) assignés à  l'organisation pratique des concours, vingt pour cent (20 %) destinés au Trésor public.  Le montant de  huit mille francs (8.000 f) gérés par le service du Trésor public détaché auprès du  Ministère de la Fonction Publique permet de financer la production du matériel, la gestion de la ressource humaine mobilisée pour les opérations (surveillance, et corrections) la sécurité du processus, et le déplacement des équipes. A l'orateur d'insister qu'« il n'y'a ni un coffre dans le bureau de Monsieur le Ministre, ni moins dans celui du Directeur des Concours, ces 80 % sont réceptionnés par un trésorier général du trésor public qui fonctionne en toute indépendance ».

A la lumière de  son intervention, Monsieur AKA Koffi Bernard a relevé le fait que les concours administratifs sont organisés dans un cadre légal donnant des chances égales aux citoyens d'accéder aux emplois publics. C'est d'ailleurs ce qui a motivé la politique de déconcentration des concours initié par le Ministre ABINAN à partir de l'édition de 2016 en étendant l'organisation des concours dans les  régions. Cette opération se poursuivra et s'étendra cette année à dix-sept (17) régions. 




A+ concours Gouvernement emplois candidats Trésor public budget indépendance recrutement information



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour