Procès à la Haye : Sam l'Africain fait des révélations sur des témoins
Sa mise en garde à Abou Drahamane Sangaré


Sam l'Africain était déchaîné à la place Cp1 de Yopougon. (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: mar. 12 avr. 2016
  • Visites: 2509
  • Commentaires: 0
Sam Mohamed Jichi dit Sam l'Africain était tout feu tout flamme, samedi 9 avril 2016, au cours d'un meeting à la place Cp1 de Yopougon Sicogi.

Le président de la Nouvelle alliance de la Côte d'Ivoire pour la paix (Nacip) a parlé pendant plus de 45 mn. Le témoin clé du procureur de la Cour pénale internationale (Cpi) a livré des noms de personnes qui iront témoigner à La Haye dans le cadre du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. À l'en croire, l'ex-député de Yopougon, Williams Attéby, Koné Boubakar, le porte-parole du camp Sangaré, l'ex-ministre Alcide Djédjé et l'ex-conseiller de Laurent Gbagbo, Doua Camille, pour ne citer que ceux-là, sont des témoins dans ce procès. Sans préciser s'ils témoigneront à charge ou à décharge. « Je vais dire les noms des gens. Le député Williams Attéby même est là (il était présent au meeting), c'est un témoin. Koné Boubakar lui-même est témoin. Alcide Djédjé est témoin. Doua Camille est témoin. Ils étaient tous au palais avec Gbagbo », a révélé Sam l'Africain. Il a soutenu que le Général Philippe Mangou, annoncé comme témoin à la Cpi, ne dira pas des choses pour incriminer Laurent Gbagbo. « Quand on vous dit que le Général Mangou s'en va témoigner contre Gbagbo, c'est faut ! Ce que moi j'ai dit, il ne peut pas dire autre chose », a-t-il indiqué, ajoutant que l'ex-chef d'état-major des Forces de défense et de sécurité (Fds) avait informé l'ex-président que la guerre était perdue d'avance à cause du rapport inégal des forces sur le terrain. Il a repété ce qu'il avait dit au prétoire, à la Cpi, à savoir que Laurent Gbagbo a été « pris en otage » par certains de ses proches dont « Simone Gbagbo, Abou Drahamane Sangaré et Koné Boubakar ». Selon l'orateur, Laurent Gbagbo était d'accord avec les clauses de l'accord d'Addis-Abeba qui stipulait que l'ex-président et son rival Alassane Ouattara devaient désigner 15 ministres chacun pour former un gouvernement d'u (...)

Lire la suite sur Soir Info


Yopougon Laurent Gbagbo Simone Gbagbo Alassane Ouattara Charles Blé Goudé Philippe Mangou Alcide Djédjé Sam l'Africain Côte d'Ivoire La Haye Cour pénale internationale Cpi gouvernement procès




Educarriere sur Facebook