En meeting à Adzopé / Banny interpelle Ouattara : « Les prisonniers seront libérés » - « Appliquons la constitution » - « Un chef accepte qu'on lui crache à la barbe »


Charles Konan Banny insiste sur la question d’un dialogue avec Ouattara avant le scrutin. (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: mar. 08 sept. 2015
  • Visites: 3700
  • Commentaires: 15
Le président de la Coalition nationale pour le changement (Cnc), Charles Konan Banny, candidat à l'élection présidentielle d'octobre 2015, a animé un meeting à la nouvelle gare d'Adzopé, le samedi 5 septembre 2015.

En présence de Martial Ahipeau de la Cnc et devant un public attentif, M. Banny a lancé, selon nos sources, « l'appel d'Adzopé ». « Notre pays désespère. Les populations ont peur. Les uns ont peur de parler aux autres. Les Ivoiriens sont réduits au silence. Mais je suis venu vous dire que le mur de la peur est tombé. Je suis venu également lancer l'appel d'Adzopé. Un appel qui anéantira à jamais tout autre appel qui divise et affaiblit les Ivoiriens. Je lance un appel à la liberté, la démocratie, la justice, la fraternité, la sécurité », a déclaré Charles Konan Banny. A l'en croire, « la liberté n'est pas négociable. Nous devons nous battre lorsqu'elle est absente pour la ramener ». Selon lui, la Cnc veut le changement. C'est pourquoi, il a indiqué que l'organisation de l'élection présidentielle à venir doit respecter certaines conditions. « Nous voulons une consultation qui garantisse au bout la paix. Il faut que les conditions, les procédures soient équitables, transparentes, sécurisées et conformes à nos lois. Nous sommes à un moment délicat et difficile. Il y a des lois que nous devons respecter. Nous exigeons que toutes les conditions qui vont régir les élections soient discutées autour d'une table pour obtenir un consensus, gage de la paix. Demander cela n'est pas demander la lune », a asséné M. Banny. Il a dénoncé les emprisonnements d'opposants, promettant qu'ils seront bientôt libérés. L'ex-Premier ministre a surtout réclamé une application claire de la constitution ivoirienne. « Combien d'enfants de Côte d'Ivoire ne sont-ils pas privés de liberté actuellement ? Eh bien, nous allons les libérer. Ils seront libérés. Il faut leur donner l'occasion de s'exprimer librement. Tous autant qu'ils sont, ont le droit à la liberté. Et tous ceux qui ont quitté le sol ivoirien ? Alors que la constitution de notre pays dit que tout Ivoirien ne doit être contraint à l'exil. Appliquons la constitution là aussi comme ailleurs les textes que nous nous sommes donnés », a indiqué le candidat Banny, avant d'indexer publiquement le (...)

Lire la suite sur Soir Info


Côte d'Ivoire Banny Adzopé élection présidentielle candidat constitution élections Ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour