La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

  • Source: ouest-france.fr
  • Date: vend. 05 juin 2020
  • Visites: 671
  • Commentaires: 0
Le Nigérian Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), est visé par une enquête indépendante ouverte jeudi. Seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat, sa position apparaît de plus en plus fragilisée.

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi soir le lancement d'une enquête indépendante sur les accusations de prévarication (de manquement à ses obligations) contre son président, le Nigérian Akinwumi Adesina.

Après avoir temporisé deux semaines, l'institution panafricaine de développement, qui siège à Abidjan, a finalement cédé à l'exigence des États-Unis, insatisfaits de l'enquête interne qui avait totalement disculpé Akinwumi Adesina de graves accusations formulées par un groupe de « lanceurs d'alerte », telles que « comportement contraire à l'éthique, enrichissement personnel et favoritisme ».

Akinwumi Adesina est le seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat mais sa position apparaît de plus en plus fragilisée.

« Le Bureau (du Conseil des gouverneurs de la BAD) convient d'autoriser une revue indépendante » sur les « allégations » des lanceurs d'alerte visant Akinwumi Adesina, a déclaré dans un communiqué la présidente du bureau du Conseil, Nialé Kaba, également ministre ivoirienne du Plan et du développement, à l'issue d'une nouvelle réunion du Bureau ce jeudi.

Cette « revue indépendante devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée, dans un délai de deux à quatre semaines maximum, en tenant compte du calendrier électoral » de la Banque, qui doit élire son président fin août, précise Mme Kaba.

Akinwumi Adesina, élu en 2015 à la tête de la BAD, l'une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, fait l'objet depuis le début de l'année d'une série d'accusations embarrassantes, divulguées dans la presse en avril.

Dans un rapport détaillé, les lanceurs d'alerte lui reprochent son favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians, d'avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraude ou de corruption, ou encore de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner.

Des accusations réfutées en bloc par M. Adesina, 60 ans, premier Nigérian à diriger la BAD depuis sa création en 1964, qui a clamé à plusieurs reprises son « innocence », et qui avait rapidement été disculpé par la Banque sur la foi d'un rapport de son comité d'éthique interne. 

« Mystif (...)

Lire la suite sur ouest-france.fr


Nialé Kaba Akinwumi Adesina Abidjan Nigérian États-Unis BAD candidat corruption




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour