Séminaire gouvernemental sur l'emploi et la lutte contre la vie chère : Le gouvernement annonce la réduction de moitié du taux de pauvreté en Côte d'Ivoire

  • Source: Le Democrate
  • Date: sam. 26 avr. 2014
  • Visites: 2177
  • Commentaires: 1

DISCOURS D'OUVERTURE ET DE CADRAGE

DE S.E.M DANIEL KABLAN DUNCAN, PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET

Abidjan, le 25 avril

 

• Messieurs les Ministres d'Etat,

• Mesdames et Messieurs les Ministres,

• Chers amis des Médias,

• Mesdames, Messieurs,

Je tiens, dès l'entame de mon propos de ce jour, à adresser, au nom de l'équipe Gouvernementale, nos sincères remerciements à Monsieur le Président de la République, Son Excellence Alassane OUATTARA qui, bien qu'absent, a bien voulu autoriser le Gouvernement à tenir le présent séminaire consacré à l'emploi et à la lutte contre la vie chère.

Notre gratitude est d'autant plus grande qu'il s'agit du deuxième séminaire gouvernemental qui se tient en moins d'un mois.

On se rappelle en effet, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, que le 31 mars dernier, Monsieur le Président de la République a autorisé et présidé le séminaire consacré à l'examen du bilan de l'année 2013 et à l'adoption du programme de travail gouvernemental pour 2014 grâce auquel le Gouvernement s'est doté d'une boussole pour mieux orienter son action au cours de cette année.

Le présent séminaire gouvernemental, qui se veut plus thématique, vise, quant à lui, la mise en œuvre d'un des axes essentiels du PTG 2014, à savoir l'emploi et la lutte contre la vie chère.

Nul n'ignore, en effet, que dans son message à la nation à l'occasion du nouvel an 2014, et tenant compte de l'urgence de ces problématiques, le Chef de l'Etat avait engagé le Gouvernement à prendre la question de la lutte contre la vie chère à bras le corps et à en faire une priorité afin que des réponses concrètes soient apportées en 2014 à la situation des prix.

En outre, comme nous le savons toutes et tous, l'un des engagements forts pris par le Président de la République devant la nation était de créer un million d'emplois au cours de son mandat. 

Certes, le décompte se fera à l'heure du bilan. Mais il était important pour le Gouvernement de prendre toute la mesure de la situation, en consacrant un séminaire à cette problématique.

On le constate donc, l'un des objectifs prioritaires et auquel le Gouvernement attache un grand prix est que nos excellents résultats économiques se traduisent par une amélioration continue des revenus et un effort toujours plus accru en faveur des plus démunis. 

Il convient de rappeler que, grâce aux reformes structurelles et sectorielles mises en œuvre par le Gouvernement et grâce à la relance de l'investissement, notre pays a renoué avec une croissance économique forte. Le taux de croissance du PIB qui a atteint 9, 8% en 2012, est estimé à 8,7% en 2013 et prévu à 10% en 2014. L'accélération des réformes entreprises par le Gouvernement vise à conforter les performances économiques en faisant du secteur privé le moteur de la croissance et le pourvoyeur d'emplois massifs et stables, notamment pour la jeunesse, sans oublier bien sûr l'auto-emploi.

Dans ces conditions, il s'agit, à travers le présent séminaire, pour le Gouvernement, instruit par Monsieur le Président de la République, d'œuvrer à trouver les moyens pour transformer durablement la croissance économique en termes d'amélioration des indicateurs de développement humain durable.

Je tiens donc à rappeler, Messieurs les Ministres d'Etat, Mesdames et Messieurs les Ministres que le présent séminaire poursuit les objectifs suivants :

• D'abord, dresser un état des lieux, aussi précis que possible, des réalités de l'emploi et de la cherté de la vie dans notre pays, en mettant en exergue les enjeux économiques et sociaux de ces questions,

• Ensuite, rappeler les principales mesures déjà identifiées et mises en œuvre par le Gouvernement, ainsi que les résultats obtenus. Faut-il le rappeler, l'objectif du Gouvernement à travers le PND 2012-2015 est de réduire le taux de pauvreté de moitié à l'horizon 2015, le niveau étant de 48,9 % en 2008. 

A cet effet et grâce à l'action gouvernementale, les dépenses pro-pauvres connaissent une augmentation sensible passant de 1080 milliards de FCFA en 2012 à 1337 milliards de FCFA en 2013, soit une hausse de 23,8%,

• Enfin, pour chacune des deux problématiques, le Séminaire s'efforcera de présenter des stratégies globales assorties de mesures concrètes et réalistes, en distinguant celles qui devront être à effet immédiatement perceptibles par les populations et celles qui parce que structurelles, relèvent du moyen terme voire du long terme.

Au total, le séminaire devra conduire à l'adoption de documents de référence, sous la forme de plans stratégiques, dont la mise en œuvre devra engager chaque département ministériel afin que d'une part la création d'emplois et la lutte contre le chômage et la lutte contre la cherté de la vie d'autre part deviennent des réalités de plus en plus tangibles pour nos compatriotes. 

• Messieurs les Ministres d'Etat,
• Mesdames et Messieurs les Ministres,

Sur la question spécifique de la lutte contre la cherté de la vie, nous connaissons tous les grandes attentes de nos concitoyens, qui, après près d'une décennie de crise aspirent à un mieux-être, à travers la préservation de leur pouvoir d'achat. 

Pour répondre à ces préoccupations, et en plus des initiatives déjà prises, Monsieur le Président de la République, a arrêté, en début d'année, diverses mesures qui concernent notamment l'augmentation de manière substantielle du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) qui est passé de 36.607 francs CFA à 60.000 francs CFA, et le déblocage des salaires des fonctionnaires, couplé avec une augmentation salariale dès le mois de janvier 2014.

Chacun a pu noter également l'attention portée aux logements sociaux et économiques dont l'engouement suscité a conduit le Gouvernement à porter l'objectif de 60 000 à 150 000 logements sur toute l'étendue du territoire national. 

Par ailleurs, l'Etat a maintenu cette année encore un prix rémunérateur aux producteurs de Cacao, de Café, de Coton, d'anacarde, afin de garantir à nos parents paysans une amélioration de leurs revenus et de leurs conditions de vie. De façon globale, les revenus distribués en milieu rural se chiffrent à environ « 1782 » milliards de F CFA, au titre de l'année 2013.

En outre, la mise en œuvre du Programme National d'Investissement Agricole (PNIA) d'un montant de 2040 milliards de francs CFA sur la période 2012-2016 se traduit entre autres par la relance de la production vivrière, notamment le riz dont l'amélioration sensible de la productivité garantit une meilleure rémunération aux producteurs. Le PNIA permettra également de valoriser le plein potentiel d'emploi dans le secteur agricole estimé à plus de 2 400 000 emplois stables.

Plus généralement, avec l'adoption de la stratégie nationale de l'emploi le 26 novembre 2013, un certain nombre d'autres mesures structurelles et d'accompagnement ont été prises pour le soutien à l'Emploi dans les secteurs public et privé, mais aussi et surtout dans l'auto-emploi. Cependant, bien des défis restent à relever afin que la croissance économique que connaît notre pays sous l'impulsion du secteur privé soit génératrice de plus d'emplois et de bien-être pour nos concitoyens. 

C'est donc à juste titre qu'est organisé ce séminaire qui devra permettre au Gouvernement d'évaluer les mesures mises en œuvre jusqu'à ce jour et de proposer de nouvelles orientations pour la promotion de l'emploi et la lutte contre la vie chère.

Avant de conclure, je tiens à féliciter, au nom de Monsieur le Président de la République, l'ensemble des membres du Gouvernement pour leur implication, à divers niveaux, dans la lutte acharnée menée contre la vie chère et pour la promotion de l'emploi.

Je veux, par ailleurs, féliciter en particulier Monsieur le Ministre d'Etat, Ministre de l'Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle et Monsieur le Ministre du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME qui nous feront partager tout à l'heure leurs contributions à la compréhension globale de ces deux problématiques majeures qui nous réunissent ce jour.

Je souhaite que le présent séminaire soit l'occasion d'un débat ouvert, productif et riche, de contributions concrètes et favorables à la maîtrise du coût de la vie et de la promotion de l'emploi. Les conclusions de nos travaux sur ces deux questions importantes, seront soumises très prochainement à SEM le Président de la République, en Conseil des Ministres pour les décisions à prendre.

C'est sur ces mots que je voudrais clore mon propos et déclarer ouvert, au nom de Monsieur le Président de la République, le présent séminaire gouvernemental sur l'emploi et la lutte contre la vie chère.

Je vous remercie de votre attention.




Abidjan Gouvernement chômage emplois PME ECO PIB PND taux de pauvreté logements anacarde Café Cacao fonctionnaires développement Formation



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour