Youssou Ndour aux Occidentaux : « Arrêtez de nous commander et respectez-nous en tant que pays souverain ! »

  • Source: Rti.ci
  • Date: mer. 19 mars 2014
  • Visites: 1870
  • Commentaires: 1
Le ministre conseiller du président du Sénégal, Youssou Ndour ne mache pas ses mots. Le célèbre artiste et homme politique sénégalais s'est exprimé à cœur ouvert dimanche dans l'émission « Internationales » de Rfi, TV5Monde, et le journal Le Monde.

D'abord sur l'actualité de son pays, Youssou Ndour a parlé de la détention de Karim Wade. Sur la question, le conseiller de Macky Sall a clairement indiqué que la justice sénégalaise doit faire son travail. Pour lui, la justice sénégalaise est complètement séparée de l'exécutif et pense que c'est à Karim Wade d'apporter des éclaircissements sur les accusations portées contre lui. Youssou Ndour rejette la thèse du procès politique souvent évoquée.

« Macky Sall a été élu à 65% des suffrages et dans le programme qui l'a porté au sommet de l'Etat, la bonne gouvernance figure au premier plan. Donc, les Sénégalais tiennent à ce que l'argent public soit bien géré. Il a même créée l'OFNAC, l'agence qui s'occupe de la déclaration des biens des ministres de son gouvernement avant et après leur passage. Donc, il n'y a pas de possibilité de détournement de fonds», a-t-il dit.

Le célèbre artiste de la chanson sénégalaise apporte son soutien à Macky Sall et lui accorde même un 2e mandant en 2017. « Pour le moment, je partage bien la vision du président de la République et c'est pour cela que je me suis engagé à ses côtés. Puis, dans Benno Bokk Yakar, la philosophie de base, c'est de gouverner ensemble si nous avons gagné. Donc, je ne vois pas pourquoi je me présenterai contre Macky en 2017, » a déclaré le ministre conseiller qui a toutefois soutenu qu'il est présidentiable au Sénégal.

Mais pour une probable victoire de Macky Sall en 2017, il précise qu'il y a un travail qui se fait. Il avance le projet Plan Sénégal Emergent et a appelé les populations à prendre leur mal en patience pour un Sénégal émergent.

« Macky Sall a une vision et je crois en cette vision. Déjà après son élection, les prix des produits de première nécessité ont chuté. Le coût du loyer a été récemment réduit. En plus, il y a un travail de redistribution des richesses qui se fait pour que les Sénégalais de l'intérieur puissent sortir de la pauvreté. L'assurance maladie est effective et un projet de soutien financier de 250 000 familles défavorisées est en cours. Le président a un programme et il a obtenu des promesses des partenaires», a avancé Youssou Ndour.

L'artistes et homme politique qui est affectueusement appelé « You » a également parlé de l'homosexualité. Sur la question, il a demandé aux européens d'arrêter de commander les africains.

«Chaque pays a des réalités socio-économico culturelles et religieuses. Ce qu'on doit encourager dans le monde, c'est la liberté de l'homme. Mais il faut laisser les pays vivre selon leurs réalités. Je suis contre les violences, l'injustice, mais chaque pays a sa réalité», a déclaré Youssou Ndour.

« Ce n'est pas possible que vous fassiez vos lois et que vous l'imposiez aux autres sous menace de sevrage d'aide extérieure ! Arrêtez de nous commander et respectez-nous en tant que pays souverain !», a précisé l'ancien ministre sénégalais de la culture. Il a conseillé aux occidentaux de s'occuper plutôt des milliers d'enfants qui meurent chaque jour du Sida ou du Paludisme en Ouganda que de s'occuper de la loi anti-homosexuels.

Le Ministre conseiller du président sénégalais a également parlé de la crise centrafricaine. Il apprécie l'envoi des forces par les occidentaux aux côté des troupes africaines de la Misca. Mais Youssou Ndour n'est pas d'accord avec l'ingérence de trop des occidentaux.

« L'Afrique a un peuple et il faut écouter ce peuple. C'est terminer l'histoire de dicter la voie à suivre aux Africains. On ne peut plus décider à Paris ou à New York, du sort d'un peuple. Je suis d'accord que la France et les pays qui peuvent l'aider le fassent pour que cette opération réussisse en RCA. Mais, il faut une coordination, une harmonisation pour que si la voix de l'Afrique se lève à Addis Abeba, que cette voix soit la seule portée par les Nations-Unies, l'Union Européenne, etc.», a-t-il dit.



Rfi Macky Sall France Paris Afrique Sénégal Ouganda Nations-Unies Union Européenne gouvernement détournement procès



Educarriere sur Facebook