Ouest de la Côte d'Ivoire / Criminalité transfrontalière : Le procureur bloque une opération de la police - Hamed Bakayoko saisi


Le ministre Hamed Bakayoko est attendu dans ce bras de fer entre le procureur et ses éléments…
  • Source: Soir Info
  • Date: vend. 08 nov. 2013
  • Visites: 4349
  • Commentaires: 6
L'affaire fait grand bruit en ce moment dans l'ouest montagneux… A la Direction générale de la police, on se dit « outré et scandalisé ». A la direction de la police économique et financière au Plateau, on « brûle de colère et d'indignation », ne parvenant pas à s'expliquer l'attitude des autorités judicaires de Touba et de Man, qui font « obstruction » à leur opération dans la zone.

La chancellerie, c'est-à-dire le cabinet du ministre de la Justice, pour sa part, garde le silence. On suit, néanmoins l'affaire avec une extrême vigilance, selon une source. Car, c'est toute la politique du chef de l'Etat, Alassane Ouattara, notamment, des valeurs de probité et de rigueur qui est en train de s'écrouler à l'ouest.

A la Douane, on se prépare à des « sanctions » exemplaires… Maintenant, tous les regards sont tournés vers les plus hautes autorités du pays, notamment, le chef de l'Etat, le président Alassane Ouattara, le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan et le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, dont les services ont d'ailleurs été saisis… Venons-en aux faits. Il s'agit, en l'occurrence, d'une contrebande de marchandises de toute nature, en bande organisée et bien structurée, avec des tentacules et autres complicités au plus haut niveau des services chargés de combattre la criminalité transfrontalière et les contrebandes qui s'exercent dans l'ouest montagneux, selon nos sources.

Pour démanteler ce réseau mafieux, une mission de la police économique, exploitant une information, s'est rendue dans l'ouest, la semaine dernière. Le commissaire Namory Timité, directeur de la police économique et financière, dépêche ses éléments sur place. Ceux-ci, pour les besoins de l'enquête, opèrent en toute confidentialité. La police économique, faut-il le rappeler, bénéfice d'une compétence nationale, pour ne pas dire territoriale.

C'est ainsi qu'ils mettent la main sur une importante cargaison de plus de 40 tonnes de cigarettes de contrebande. Mais, M. Koné Souleymane, le procureur de la République de Man, y a vu un vice de forme et s'oppose à l'opération de transfèrement du camion et de son chargement à Abidjan. Il s'en explique, lorsque nous l'avons joint hier, jeudi 7 novembre 2013, en fin de matinée.

Un système bien huilé

« Ces policiers sont dans le faux… Je suis monté sur mes grands chevaux pour dire que cette cargaison ne bougera pas. Il ne s'agit pas de venir ici, faire des opérations de saisie et rentrer à Abidjan avec. Çà, je ne l'accepterais jamais… Ma position est claire… Nous ne pouvons pas admettre que des officiers interviennent dans notre zone sans nous informer… Nous n'avons rien à cacher et nous n'avons rien à nous reprocher. J'ai instruit un juge d'instruction qui va ouvrir une information, en attendant, les marchandises sont placées sous scellé… Je demande à ces policiers de respecter les règles du jeu », nous a-t-il lancé. Ici, ce sont des centaines de millions de FCfa qui sont en jeu, dans cette opération… et personne ne veut perdre la face. Trois camions-remorques, stationnés depuis peu à Gbinta, au Liberia, en provenance de Nzérékoré en Guinée-Conakry, transportant des marchandises de contrefaçon d'origine asia (...)

Lire la suite sur Soir Info


Alassane Ouattara Hamed Bakayoko Daniel Kablan Duncan Abidjan Plateau Guinée police contrebande information



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour