SARA 2019 : VISA formalise son engagement au côté de l'Etat de Côte d'Ivoire dans le cadre de PNIA II

  • Source: SARA 2019
  • Date: jeu. 28 nov. 2019
  • Visites: 576
  • Commentaires: 0

Dans le cadre de la digitalisation des paiements et services numériques, un mémorandum d'entente a été signé le 31 Janvier 2018, entre le Gouvernement ivoirien à travers le ministère de l'Economie et des Finances et le Groupe VISA.

Ce mémorandum concerne six domaines notamment l'agriculture, le transport, l'inclusion financière via l'expansion des services financiers numériques et digitaux et le soutien au réseau des postes par le projet « Maison du citoyen ». Les deux autres domaines sont ceux de l'éducation financière à l'intention des agents du gouvernement et de l'éducation nationale et une assistance technique auprès du gouvernement.

Au niveau du secteur agricole, une charte de collaboration doit être signée en vue de la digitalisation des transactions au sein des filières cacao, café et noix de cajou.

Le forum d'échanges sur le Programme national d'investissement agricole de deuxième génération (PNIA 2) qui s'est tenu le 26 novembre, a été le cadre de la signature de la charte de collaboration entre VISA, représenté par Karidja Bamba, en charge de l'engagement avec les gouvernements pour la zone francophone et lusophone d'Afrique du centre et de l'ouest et le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, représenté par le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani

 

PNIA II : Les Sud-Africains investissent 100 milliards FCFA dans le Programme agricole intégré de Tiébissou

 

Initiés depuis 2014, les démarches des autorités de Tiébissou viennent enfin d'aboutir. Le Programme agricole de Tiébissou (PAIT) entre Global Africa Integrated Farm d'Afrique du Sud et le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a été signé ce 26 Novembre, au 5ème jour du SARA.

Le coût estimatif de l'investissement s'élève à 150.158.737 USD soit environ 100 milliards FCFA, sur une période de 4 ans.

Le programme agricole intégré de Tiébissou (PAIT) utilise un modèle de Partenariat public-privé (PPP) pour lutter contre l'insécurité alimentaire et produire des aliments nutritifs à grande échelle tout en créant un nombre important d'emplois ruraux pour les femmes et les jeunes tout en améliorant les compétences des petits exploitants locaux afin qu'ils deviennent, au fil du temps, de grands exploitants agricoles.

L'un des principaux objectifs est de donner la possibilité aux petits exploitants de pratiquer une agriculture rentable par le renforcement des liens entre eux et les agro-industries commerciales, y compris des programmes dits « pôle et plantations satellites » permettant aux petits exploitants voisins des grandes exploitations d'accéder aux formations commerciales pertinentes, aux intrants, aux services de vulgarisation, aux structures à valeur ajoutée et aux marchés.

Cela, pour leur permettre d'adopter une approche globale de la chaîne de valeur orientée vers le marché. Les méthodes culturales seront basées sur des pratiques biologiques identiques aux techniques agricoles de conservation ou de gestion foncière durable respectueuses de l'environnement.

Les spéculations concernées par le programme sont : le maïs, le soja, les bovins et la volaille.

Au total, 3.000 emplois directs et indirects sont attendus.

 

PNIA II : Un coût total évalué à 11.905 milliards FCFA

 

Ce mardi 26 novembre, s'est tenu le forum d'échanges sur le PNIA 2. Cette rencontre d'échanges a rassemblé les principaux acteurs que sont les organisations des producteurs, le secteur privé, les partenaires techniques et financiers, les institutions panafricaines et régionales, la société civile ainsi que le gouvernement de Côte d'Ivoire. Le public présent a pu s'imprégner des approches de financement (Plateforme informatisée de financement agricole) et les opportunités d'investissements du Programme national d'investissement agricole deuxième génération (PNIA II).

Depuis son adoption, le PNIA II a fait l'objet d'appui de partenaires techniques et financiers ainsi que du secteur privé. D'un coût total évalué à 11.905 milliards FCFA sur la période 2018-2025, il est reparti comme suit : 4.325 milliards FCFA pour le secteur public (Etat et aide public au développement) et 7.580 milliards FCFA pour le secteur privé (entreprises privées et filières agricoles).

Depuis la tenue du Business Meeting de 2017, une hausse des ressources mobilisées a été observée. En effet, la volonté du Gouvernement ivoirien et des partenaires au développement a été démontrée à travers l'évolution constatée des ressources mobilisées en faveur du secteur entre novembre 2017, suite à la table ronde de mobilisation des ressources et novembre 2019.

Les intentions de financement qui s'élevaient en 2017 à 1.445,38 milliards FCFA ont atteint 1952 milliards FCFA en 2019. 

 

Les différentes interventions au forum du PNIA II

La première intervention a été celle du Dr Nouhoun Coulibaly, directeur général de la Planification, des Statistiques et des Projets (DGPSP) du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, secrétaire technique permanent.  Elle a porté sur la présentation du PNIA II : Aperçu, opportunités d'investissement et environnement incitatif.

Plusieurs représentants d'institutions de financement du développement sont aussi intervenus sur les modalités d'accès aux guichets dédiés au secteur privé.

Il s'agit de Mme Fatoumata Sissoko-Sy, directrice générale de PROPARCO, filiale de l'Agence française de développement (AFD). Mme Atsuko Toda, lui a emboîté le pas en sa qualité de directrice du département de la finance agricole et du développement agricole à la Banque Africaine de Développement (BAD). Célestin Tanoh, représentant pays de la DEG, filiale de KfW (Banque allemande pour le Développement) a aussi exposé les modalités d'accès à ses guichets.




Adjoumani GPS Côte d'Ivoire Tiébissou Afrique SARA BAD Gouvernement emplois cacao noix de cajou



Educarriere sur Facebook