Le commandant des Forces françaises en Côte d'Ivoire dit tout, évoque le cas de Blé Goudé


Le Colonel Gauthier, commandant des Forces françaises en Côte d'Ivoire ; a échangé hier, avec la presse nationale et internationale.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 23 oct. 2019
  • Visites: 4469
  • Commentaires: 0
Dans sa base militaire de Port-Bouët, une commune du district d'Abidjan, le nouveau commandant des Forces françaises en Côte d'Ivoire (Comfor) se dévoile. Le colonel Frédéric Gauthier veut «savoir» et aussi «se faire connaître». Dans un échange «franc» avec la presse nationale et internationale, dans la ''salle Afrique'' dudit camp, lundi 21 octobre 2019, le commandant des Forces françaises en Côte d'Ivoire, en poste depuis la mi-juillet 2019, en remplacement du colonel Philippe Du Chaxel, répond à toutes les questions des journalistes. Les missions des Forces françaises en Côte d'Ivoire, la lutte contre le terrorisme, les relations avec les Forces armées de Côte d'ivoire (Faci), la prochaine visite du président français en Côte d'Ivoire, la présidentielle de 2020, les événements de novembre 2004… tout est passé au peigne fin, pendant près d'une heure, entre le colonel Gauthier et ses invités.

Ce n'est pas la première fois que ce militaire foule le sol africain. Le colonel Gauthier a été chef de corps de régiment à Djibouti dans l'Est de l'Afrique. Mieux, c'est son deuxième séjour en Côte d'Ivoire. De 2003 à 2005, cet officier supérieur de l'armée de terre française était en fonction sur les bords de la lagune Ebrié. En tant que chef de bureau des opérations, il a vécu les événements de novembre 2004 à Abidjan. Il s'en souvient sans vraiment entrer les détails. Et évoque même le cas de Charles Blé Goudé, l'ancien chef des jeunes patriotes, actuellement en liberté sous condition à La Haye, au Pays-Bas, après son acquittement par la Cour pénale internationale (Cpi) le 15 janvier 2019 de toutes charges de crimes contre l'humanité prétendument perpétrées en Côte d'Ivoire en 2010 et 2011, quand on lui demande. Le dernier ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo faisait régulièrement des sit-in «pacifiques» aux abords de l'ex-43e Bataillon d'infanterie de marine d'Abidjan (Bima). «Quand j'étais ici il y a quinze ans, le chef de corps, c'est un ami. Il occupait le bureau que j'occupe aujourd'hui. A plusieurs reprises, on a reçu M. Blé Goudé dans le bureau. Les circonstances étaient différentes. Généralement, ça s'est très bien passé. On a eu des discussions. On n'était pas d'accord sur tout mais je pense qu'il ne s'est jamais senti menacé en entrant dans ce bureau. Il en est toujours resorti dans de bonnes conditions. Et c'est la vie», se rappelle l'officier de l'armée française.

Avec 900 militaires déployés, les Forces françaises en Côte d'Ivoire (Ffci) s'articulent autour de quelques emprises principales, essentiellement centrées sur Abidjan : le camp de Port-Bouët ; l'emprise de La Bourgerie sur l'aéroport d'Abidjan ; le Détachement d'intervention lagunaire (Dil) à Port-Bouët et le complexe de tir de Lomo nord à Toumodi. «On se déplace en Côte d'Ivoire en fonction des activités que l'on coordonne avec les Forces armées de Côte d'Ivoire (Faci) de façon à répondre à leur besoin», indique l'officier français. «On peut accueillir en fonction de la situation de renforcement. Que ce soit pour des exercices ou parce que la situation se dégrade, on peut rajouter 500 éléments. soit au total 1500», précise le successeur du colonel Philippe Du Chaxel, estimant que les relations avec les Forces armées de Côte d'ivoire sont actuellement au beau fixe. «Au quotidien, on ne se sent pas menacé. Quand je suis arrivé, je suis allé voir le directeur général de la police nationale, le patron de la gendarmerie nationale. On a été formé dans la même école», ajoute-t-il.

Mais le colonel Gauthier brandit tout de suite la menace au cas ou l'armée française se sentirait menacée. «La préoccupation de chaque soldat, c'est d'employer la force le plus tard possible et au plus bas niveau de violence possible de façon à ce qu'on maîtrise en toute circonstance la force. Quand on sent qu'un de nos soldats va être physiquement menacé, là, on va faire cesser la menace. On est dans dans une logique ponctuelle», fait-il savoir. 

Présidentielle 2020. A un an de la présidentielle de 2020, le Comfor refuse de se prononcer sur ce scrutin qui captive les Ivoiriens. «Pas de commentaire sur les élections », répond-t-il. «Dans une famille, il y a des moments où s'entend bien et il y a des moments où on est un peu fâché. A un moment donné, il y a eu des passages difficiles mais aujourd'hui, la situation est plutôt favorable. Ici, je (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Charles Blé Goudé Frédéric Gauthier Côte d'Ivoire Port-Bouët Abidjan Toumodi La Haye Afrique Cour pénale internationale Cpi Présidentielle gendarmerie police terrorisme Forces françaises élections




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour