Projet de loi sur la filiation : Le ministre de la Justice explique tout, ce que le mari et la femme doivent faire pour un enfant né hors mariage...


Le ministre de la Justice, Sansan Kambilé, s'est senti obligé de réagir à la polémique rampante sur le projet de loi relatif à la filiation familiale
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 13 mai 2019
  • Visites: 1136
  • Commentaires: 0
Réagissant à la polémique que suscite le nouveau projet de loi sur la filiation familiale, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, initiateur de ce texte, a publié une contribution sur sa page personnelle facebook pour s'en expliquer. Ci-dessous, l'intégralité de ses arguments.

Bonsoir chers internautes,
 
Depuis la publication du projet de loi sur la filiation et la communication que j'ai faite à ce sujet au Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel, il m'a été donné de lire des avis et critiques sur l'ensemble des innovations contenues dans ledit projet de loi, et particulièrement sur l'article 22. Tout en me félicitant du vif intérêt que ce projet de loi suscite chez vous, je tiens à rappeler, chers concitoyens, qu'en l'élaborant, le Gouvernement n'entend nullement légitimer l'adultère, légaliser la polygamie ou encore aller à l'encontre des intérêts de la femme mariée.
 
C'est le lieu de réaffirmer que l'adultère est et demeure un délit prévu et puni par le Code pénal en son article 391, quand la polygamie reste toujours prohibée aussi bien par la loi sur le mariage en vigueur que par les dispositions combinées des articles 1 et 3 du projet de loi sur le mariage adopté par le Gouvernement. En effet, l'article 1 du projet de loi dispose que « le mariage est l'union d'un homme et d'une femme célébrée par devant l'officier d'état civil », tandis qu'aux termes de l'article 3 « Nul ne peut contracter un nouveau mariage avant la dissolution du précédent constatée soit par une décision devenue définitive, soit par un acte de décès»
 
Aussi, eu égard aux débats que suscite le projet de loi sur la filiation, je me propose de vous donner, ici, quelques explications sur l'article 22 dudit projet de loi, accompagnées d'un tableau comparatif de textes de loi en la matière, en vigueur dans certains pays africains, afin de vous permettre de mieux le comprendre.
 
QUELQUES EXPLICATIONS SUR L'ARTCLE 22 DU PROJET DE LOI SUR LA FILIATION
 
La loi en vigueur dispose en son article 22 que : « la reconnaissance par le père, de l'enfant né de son commerce adultérin n'est valable, sauf en cas de jugement ou même de demande soit de divorce, soit de séparation de corps, que du consentement de l'épouse.» Le présent projet de loi dispose en son nouvel article 22 que : « La reconnaissance par le père de l'enfant né de sa relation hors mariage doit être précédée de l'information donnée à l'épouse du projet de reconnaissance. L'acte de reconnaissance doit, à peine de nullité, contenir la mention de l'information donnée à l'épouse par acte de commissaire de justice. Lorsque s'applique la présomption de paternité établie par l'article 2, l'enfant né de la relation hors mariage de la mère ne peut être reconnu qu'autant qu'il a été antérieurement désavoué. » On reproche au projet de loi d'avoir extrait le qualificatif « adultérin » du dispositif et d'avoir substitué à l'autorisation préalable de l'épouse une procédure de notification. Il convient de relever que l'enfant adultérin dont il est ici question est celui né hors mariage d'un père se trouvant dans les liens d'un mariage avec une femme autre que la mère de cet enfant. Aux termes des dispositions de l'article 29 de la loi actuellement en vigueur sur la filiation, l'enfant adultérin jouit des mêmes droits que l'enfant légitime et l'enfant naturel simple dès lors que sa filiation est établie à l'égard de ses père et mère. La mention du qualificatif « adultérin » n'a donc aucune incidence sur son régime juridique. (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Gouvernement projet de loi


Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Magazine