L'UE annonce des « financements spécifiques » aux femmes en Côte d'Ivoire

  • Source: APA
  • Date: jeu. 25 avr. 2019
  • Visites: 441
  • Commentaires: 0
L'Ambassadeur de l'Union européenne (UE) en Côte d'Ivoire, Jobst Von Kirchman a annoncé jeudi à Abidjan, que son institution va octroyer des « financements spécifiques aux femmes cette année » dans le pays, a constaté APA sur place.

M. Jobst s'exprimait devant des centaines de jeunes dans un panel de « Carrefour jeunesse » (Cadre d'échanges avec les jeunes) de la 12è édition du Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (FEMUA) autour du thème, « Genre et développement ».

« On a plein d'instruments qui s'adressent aux jeunes et aux femmes... Au fur et à mesure cette année, on va mettre en place des financements spécifiques aux femmes», a annoncé le diplomate européen, appelant les filles et les femmes ivoiriennes « à oser».

Selon lui, « si les femmes ne saisissent pas les occasions, les instruments mis en place pour elles ne serviront à rien ». C'est pourquoi, il a encouragé les femmes à changer de mentalité et à se faire confiance.

« C'est dans vos têtes que ça doit changer », a estimé le diplomate qui a co-animé ce panel avec plusieurs autres personnalités. Après lui, Euphrasie Yao, la Coordonnatrice du compendium des compétences féminines de Côte d'Ivoire, a appelé, les jeunes filles à s'inscrire dans cette organisation (le compendium des compétences féminines) qui est  un programme qui vise à «renforcer la visibilité» des femmes dans le pays.

« Inscrivez-vous au compendium. Osez car nous sommes là pour vous. Le compendium fonctionne comme une pépinière pour vous », a dit aux jeunes filles, Mme Yao qui est également la conseillère chargée du genre du président ivoirien Alassane Ouattara.

Pour sa part, la représentante résidente de ONU-Femmes en Côte d'Ivoire, Antonia Nbagala-Sodonon,  a relevé « un déséquilibre fondamental» entre hommes et femmes malgré les efforts du gouvernement ivoirien.

« La question du genre est liée aux  droits de l'homme... Il y a une société bancale car une partie de la population ( les femmes) est marginalisée», a soutenu Mme Sodonon invitant les autorités ivoiriennes « à mettre à jour la politique nationale genre».

De son côté, Yacouba Doumbia, le représentant du ministère ivoirien de la femme, de la famille et de l'enfant à cette tribune,  a estimé, qu'aujourd'hui en Côte d'Ivoire, « l'environnement national est propice à la promotion des droits des femmes ».

« Ce que nous attendons des jeunes, c'est un véritable changement de paradigme. Car nous voulons un développement inclusif », a dit à son tour, le sociologue Ghislain Coulibaly qui dit prôner une « masculinité positive ».

APA


Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Abidjan Yacouba Union européenne FEMUA gouvernement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour