Akoupé / Après lui avoir promis la gloire : Un marabout extorque des millions de F Cfa à un styliste et tente de l'abattre près d'un cimetière


(Photo d'illustration)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 25 avr. 2019
  • Visites: 1058
  • Commentaires: 0
Quand la quête de la facilité manque de peu de conduire à l'irréparable, c'est un peu comme cela qu'on pourrait camper la mésaventure qui est arrivée à K.K, un styliste assez connu dans le milieu de la mode.

Bon là, chacun peut se triturer les méninges à décrypter ses initiales, nous on ne vous dévoilera rien du tout ici. Suivons plutôt l'histoire.

Nos sources rapportent, en effet, que s'étant fait un nom dans son milieu d’activité, K.K, bien trop gourmand, veut encore plus. Il veut que sa popularité devienne écrasante pour ses concurrents, et par la même, aider à étoffer davantage son costume financier.

C'est tout à fait normal. Car, qui ne veut pas avoir mieux et encore mieux ? Sauf que lui, au lieu de bosser à cela, il opte plutôt pour la voie du mysticisme. Et pour cela, il trouve qu'un marabout peut bien faire l'affaire. Un de ces zigotos qui pensent pourtant faire le beau temps pour les autres, et qui paradoxalement, sont noyés sous les trombes de la misère.

Un de ces vendeurs d'illusions ou encore « V.I » qui vous font rêver à vous bâtir un château, pendant que lui-même a des nuits agitées dans un entre-coucher à la toiture qui « baille ». Et ce, dans un quartier où les populations sont habituées à un seul repas dit « mort subite ». Où la chance de consommer du riz au poulet crevé, donne lieu à des moments de réjouissance, défiant même le « paquinou » du Baoulé ».

En tout cas, pour K.K, ce sont les autres qu'un faux marabout peut rouler dans la farine. Pas lui. Son marabout à lui est certes un paumé, mais il ne manque pas de lui donner l'assurance de faire de lui, un styliste mondialement connu, comme les Paco Rabanne et autres. Et oui, K.K n'a plus rien à faire à se comparer à ses collègues d'ici, qui pour lui, sont juste des « Tôklô ».

Ainsi, il part d'Abidjan et va rejoindre à Akoupé, son marabout qu'il prénomme Seydou. Il sollicite donc les services de ce dernier, pour qu'il lui offre la gloire. Alors pour ce travail d’occultisme, le marabout lui demande de l'argent jusqu'à atteindre la somme de 2 500 000 F Cfa.

Et après chaque réception de sommes d'argent, ledit marabout, vêtu d'une jupe de raphia, soumet son client à des rituels ridicules. Le corps enduit d'un produit tellement puant, qu'on pourrait s'en servir pour faire de la réanimation pour des cas de coma profond.

Le prix à payer pour la gloire…

Puis, il mâche de la cola dont il propulse des débris de sa bouche bourrée de dents jaunies par une mauvaise alimentation qui ne varie jamais. Et ces débris de cola viennent échouer sur le visage du pauvre styliste qui n'a d'autre choix que d'accepter ces saletés. Mais c'est le prix à payer pour devenir célèbre.

Après quoi, apprend-on, ce marabout dont le sanctuaire, un véritable bric-à-brac, est bondé de canaris noircis de cornes d'animaux et de décoction malodorantes, se livre à des arabesques se déclinant en un maladroit mélange des danses « Abôdan » des Baoulés et l'obscène « Maplorly » de Dj Arafat.

Le même exercice grotesque, il l'impose au styliste à qui, il demande de psalmodier des propos inintelligibles, qui se terminent toujours par une espèce de cri de guerre dans le genre « Gbrouaaaaayi ! » (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Magazine

Educarriere sur Facebook