En garde à vue au Ghana lundi dernier : Voici comment Pickass a été sauvé par Gbagbo


Damana Pickass: "Aujourd'hui encore, plus que hier, je suis fier d'être pro-Ggbagbo.''
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 29 mars 2019
  • Visites: 1436
  • Commentaires: 0
Arrêté par Interpol au Ghana, Damana Adia Pickass, cadre du Front populaire ivoirien (Fpi), a été libéré, mardi 26 mars 2019, après une nuit passée en garde à vue. Cette arrestation était dans l'ordre normal des choses, à en croire les autorités ghanéennes, qui ont évoqué un mandat d'arrêt délivré par Abidjan, non annulé, suite à l'amnistie décrétée par le président ivoirien Alassane Ouattara, en août 2018.

Remis de ses émotions, Pickass a relaté sur les réseaux sociaux comment l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, actuellement en liberté sous conditions en Belgique, l'a sauvé. Selon lui, le nom de Gbagbo lui a ouvert les portes de la prison «Aujourd'hui encore, plus qu'hier, je suis fier d'être pro Gbagbo», a-t-il déclaré. 

Mais, cette histoire d'une détention décantée par Gbagbo débute par ses premiers instants en cellule. «(.. .) Quand j'ai été mis en cellule ce lundi nuit, 25 mars 2019, j'étais loin de m'imaginer ce qui allait se passer dans ce sombre cachot. Un prisonnier effrayant qui semblait être le chef des détenus, m'a fait visiter les lieux. Comme si c'était des bons lieux même (rire). Il me dit, en anglais, ici ce sont les toilettes, pour y aller tu payes 30 Ghana cedis (environ 3500 f.cfa). Là c'est la douche, pour te laver tu payes aussi 30 Ghc. Maintenant là, c'est la cellule Vip. Pour dormir, ici, tu payes 300 GhC, si tu payes pas tu verras. Je répondis ok, j'ai compris», a d'abord relaté Pickass.

Une fois les conditions d'accès aux différents lieux du cachot dévoilées, le chef des détenus, selon l'ancien membre de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), lui a demandé les raisons de sa détention. «Je lui ai répondu que j'étais un homme politique et que je suis pro-Gbagbo. Dès qu'il entendit le nom Gbagbo, le chef des détenus me stoppa et me demanda : tu as dit quel nom, Gbagbo ? Je répondis oui, Gbagbo. Il continua, tu es un homme du président Gbagbo ? Je répondis oui, mieux je suis son fils», a raconté l'exilé, précisant qu'à cette réponse, les autres détenus qui écoutaient de loin, se sont attroupés autour de lui en demandant avec une « excitation » de continuer son récit. «Je suis partisan du président Laurent Gbagbo et (je suis) là pour des raisons politiques», a-t-il poursuivi «un peu surpris et apeuré» par cet attroupement soudain. «M'interrompant une seconde fois, le chef des détenus me dit "si tu es un homme de Gbagbo, alors tu ne payeras que l (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Front populaire ivoirien Fpi Fesci Côte d'Ivoire Abidjan Belgique Ghana Interpol mandat d'arrêt




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour