Les cours toujours perturbés dans des établissements malgré l'appel du gouvernement


(Photo d'archives)
  • Source: AIP
  • Date: lun. 11 fév. 2019
  • Visites: 799
  • Commentaires: 0

Plusieurs établissements primaires et secondaires sont restés sourds à l’appel de reprise des cours pour ce lundi lancée par le gouvernement à travers la Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara.

Dans de nombreuses localités de l’intérieur du pays notamment à Kong, Sikensi, Guiglo, Tanda, les cours n’ont pas repris.

A Guiglo, des affrontements éclatés entre les élèves du public et ceux du privé ont occasionné des dégâts dans la ville.

Dans un communiqué, dimanche, tout en appelant à la reprise des cours et au respect du protocole de la trêve sociale signé le 17 août 2017, Mme la ministre a réitéré sa volonté de résoudre ce problème par le dialogue.

«Madame le ministre n’a jamais fermé la porte aux discussions. Tous les responsables des syndicats relevant de son département peuvent témoigner de son entière disponibilité et de celle de ses collaborateurs à les recevoir et à discuter des questions touchant à leurs conditions de vie et de travail», a-t-il indiqué.

Elle appelle également au sens de la responsabilité de chacun des acteurs du système éducatif ainsi qu’au sens civique des enseignants pour la sauvegarde des intérêts d’éducation et de formation des enfants dont la communauté leur a confié la charge.

Cet arrêt de travail a été lancé par l’Intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire et la Coalition des syndicats du secteur éducation et formation de Côte d’Ivoire (COSEF-CI).

Le COSEF-CI réclame pour sa part la hausse de l’indemnité de logement passant de 40.000 ou 50.000 francs CFA à 180.000 francs CFA pour tous les enseignants du secondaire public et de 40.000 à 120.000 francs CFA pour les enseignants du primaire.

Le Gouvernement à travers le ministère de la Fonction publique appelle les syndicats à s’inscrire dans le protocole de la trêve sociale signé le 17 août 2017.

Selon le gouvernement, les sept points de revendications des syndicats qui étaient le paiement du stock des arriérés de salaire pour un coût de 249 milliards de francs CFA, la revalorisation indiciaire pour les emplois ne bénéficiant pas d’une grille particulière, de 150 points pour les catégories A et B et de 100 points d’indices pour les catégories C et D, l’institution d’un régime indemnitaire particulier au profit des personnels pénitentiaires ont été satisfaits.

A cela s’ajoute, la revalorisation de l’indemnité contributive au logement des personnels paramilitaires, l’octroi aux pompiers civils d’une indemnité contributive au logement, le précompte à la source au profit des syndicats et l’intégration à la Fonction Publique de tous les agents journaliers.

km/tt/kkiv/si/bsp/fmo




Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook