Le MVCI dénonce un « procès politique » après le condamnation du député Alain Lobognon

  • Source: APA
  • Date: jeu. 31 janv. 2019
  • Visites: 840
  • Commentaires: 0
Le Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d'Ivoire (MVCI), une organisation politique proche du président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a dénoncé mercredi à Abidjan, un « procès politique » après la condamnation du député Alain Michel Lobognon à 1 ans de prison et 300.000 FCFA pour diffusion de «fausse nouvelle» sur les réseaux sociaux.

« En choisissant de passer outre son immunité, violant la  constitution ivoirienne, foulant nos lois, le MVCI retient que ce procès  intenté à son vice-président Lobognon Agnima Alain Michel est un procès  politique », a dénoncé dans une déclaration devant la presse, Félicien  Sékongo, le président de ce mouvement politique. 

« Pour le MVCI, le  procès intenté au député Alain Lobognon traduit un déni de justice, une  volonté déterminée de violer les droits de l'homme. Ce procès atteste de  l'anéantissement total des libertés individuelles et collectives et  traduit une intime volonté du régime de bâillonner le peuple de Côte  d'Ivoire », a ajouté M. Sékongo.

Poursuivant, il a appelé à l'Union des «  forces démocratiques  pour faire barrage à la dictature que le pouvoir  ambitionne imposer aux ivoiriens ».

Dans la foulée, M. Sékongo a estimé  que l'ouverture du dialogue politique entre le gouvernement ivoirien et  l'opposition sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI, organe électoral) est « un leurre ». 

« Le MVCI recommande à la  communauté internationale et aux amis de la Côte d'Ivoire de prendre  toutes leurs responsabilités. Il faut qu'ils jouent leur rôle pour  éviter que l'on finisse par croire qu'ils cautionnent les dérives du  régime d'Abidjan qui tue sans scrupule l'État de droit», a conclu M. Sékongo.  

Dans la mi-journée de ce mercredi, le gouvernement ivoirien « a  pris acte » du verdict condamnant le député Alain Lobognon à un an de  prison et 300.000 FCFA d'amende. 

« Nous ne commentons pas les  décisions de justice. Le gouvernement prend acte du verdict qui a été  énoncé», a dit à la presse, Sidi Touré, le porte-parole du gouvernement  ivoirien au terme de cette r&ea (...)

Lire la suite sur APA



Offres d'emploi du jour

Magazine

Educarriere sur Facebook