Le préfet d'Abidjan installé à la tête des mairies du Plateau et de Port-Bouët

  • Source: APA
  • Date: jeu. 03 janv. 2019
  • Visites: 2015
  • Commentaires: 1
Le préfet du département d'Abidjan, Vincent Toh-Bi Irié, a été installé mercredi en qualité de président des délégations spéciales des communes du Plateau et de Port-Bouët, afin d'assurer la continuité du service public, en attendant la mise en place des conseils municipaux.

A la mairie du Plateau, le centre des Affaires d’Abidjan, M. Toh-Bi Irié préside une délégation spéciale de sept membres. Cette équipe, composée d’administrateurs de la fonction publique et du corps préfectoral, a été installée par Nassa Dacoury, inspecteur au ministère de l’Intérieur et de la sécurité.

M. Dacoury a, avant la passation de services avec le maire intérimaire sortant, Jacques Yapi, précisé les prérogatives de la délégation spéciale, chargée de l’expédition des affaires courantes. Il a souligné que les pouvoirs de la délégation spéciale sont limités aux actes de la gestion courante.

Elle n’engage pas de nouvelles dépenses d’investissements, dira-t-il, mais assure la gestion courante de l’administration communale, à savoir les salaires, les indemnités, la célébration des mariages, les actes d’état civil, les factures d’eau et d’électricité, les charges de carburant, les loyers, les frais de prestations de services et les projets déjà entamés pour permettre aux travaux d’avancer. 

La délégation spéciale est le procédé par lequel l’Etat charge un groupe de personnes à l’effet d’administrer de manière temporaire une commune en cas de démission ou de dissolution du Conseil. Elle comprend quatre membres au moins, sept au plus et assure les attributions du conseil municipal.

Le président fait office de maire et le vice-président d’adjoint au maire. Les fonctions de cette délégation expire dès l’installation du conseil municipal et dure trois mois, renouvelable deux fois. Les membres sont généralement composés de fonctionnaires ou des magistrats.

Pour le cas du Plateau, le candidat du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), Jacques Ehouo, tête de liste, a été élu à l’issue de l’élection municipale du 13 octobre 2018, mais n’ayant pas été installé jusqu'au 31 décembre, date d’expiration des anciens conseils, la mairie a été mise sous administration provisoire.

M. Ehouo, député du Plateau, est convoqué pour une comparution à la police économique et financière le jeudi 3 janvier 2019, a indiqué mercredi Me Claver Ndry, l’un des avocats du Pdci, lors d’une conférence de presse. Il est notamment soupçonné de détournements de deniers publics.

Le préfet d’Abidjan est assisté de Martin André Kakou, vice-président, et des membres Étienne Noël Tahet, Michel Kouakou, Bouakary Berté, Maximim Hervé Aka Ndjoré et Mekou Dosso. M. Toh-Bi a demandé « la collaboration franche de tous les services ».

Le préfet d’Abidjan a été également installé à la tête de la délégation spéciale de Port-Bouët conformément au dispositif légal qui exige que ce poste soit conduit par le préfet du département. Selon Auguste Zoguehi, inspecteur des services de l’administration territoriale « il ne s’agit pas de spolier qui que ce soit ».

L’administration a le souci d’assurer la continuité du service public, a soutenu M Zoguehi. Pour la commune de Port-Bouët, cette délégation spéciale est installée en raison d’un recours en annulation introduit par le candidat de la coalition au pouvoir après l’élection municipale partielle du 16 décembre 2019.


Lire la suite sur APA



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook