Affaire ''Pardon du PAN chez les Sangaré'' : Un proche de Guillaume Soro répond à Koné Katinan


Guillaume Soro lors de sa visite de condoléances chez les Sangaré
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 29 nov. 2018
  • Visites: 696
  • Commentaires: 0
Suite à la visite de condoléances de Guillaume Soro à la famille Sangaré au cours de laquelle le président de l'Assemblée nationale (PAN) a dit demander pardon à tous ceux à qui il aurait causé du tort, des réactions se sont fait savoir de la part de plusieurs acteurs politiques. Dans ses publications du mercredi 28 Novembre 2018, Linfodrome ramenait au goût du jour une réaction de l'ancien ministre du Budget de Laurent Gbagbo, Justin Koné Katinan, qui disait ne pas croire à ce pardon de Guillaume Soro. Dans la réaction ci-dessous, Djakaria Touré, ex-membre du cabinet de la Ministre Kandia Camara viré pour sa proximité avec Guillaume Soro, répond à Koné Katinan.

"Le pardon est une démarche difficile, il faut se faire violence, faire taire les ressentiments ; le cœur voudrait bien pardonner, mais la tête résiste, le cœur voudrait que la blessure se cicatrise à tout jamais, et la tête, qui « fait la tête » dit « ce n’est pas moi qui pardonnerai le premier,non "je ne ferai pas le premier pas" ! ». Bien sûr, car offense il y a eu, et souvent offense ressentie par une personne comme par l’autre. Alors des deux « offensés » qui doit faire le premier pas ? Le premier geste, envoyer le premier signal ?
Disait un vers de Racine dans la pièce Bajazet: « Peut-être il suffira d’un mot un peu plus doux / Roxane dans son cœur peut-être pardonnera. Peut-être qu’elle attend un espoir incertain, qui lui fasse tomber les armes de la main ?».
Alors, comment pouvons-nous comme dans la prière pieusement : « pardonner à ceux qui nous ont offensé »?
Parfois « ravaler notre orgueil » ? N’aurons-nous pas le sentiment de s’abaisser dans notre dignité, de nous humilier, de « tendre l& (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook