Promotion immobilière : La chefferie traditionnelle d'Anono s'oppose à un projet à la Riviera Golf ; loubards et forces de défense débarquent sur les lieux

  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 24 nov. 2018
  • Visites: 427
  • Commentaires: 0
La chefferie du village d'Abobo, par le biais de jeunes déployés sur le chantier a en effet entrepris de faire suspendre les activités d'un promoteur immobilier dont le projet d'aménagement immobilier est en cours dans la zone de la Riviera Golf.

L’ambiance est des plus tendues depuis le début de la semaine à la Riviera Golf sur le chantier d’un promoteur immobilier. Le site voisin à l’hôtel du Golf est en effet envahi depuis le mardi 20 novembre 2018 par des jeunes envoyés par la chefferie d’Anono, qui réclame la propriété de la parcelle. C’est un groupe important de jeunes gens qui ont débarqué le mardi matin sur le chantier de la société immobilière à la surprise des agents de celle-ci. A en croire les « loubards » qui disent être là sur instruction de la chefferie traditionnelle d’Anono, il s’est agi ainsi de réclamer ainsi la suspension des travaux sur le site qui appartiendrait au village. Très vite, la « délégation » décharge les matériaux de construction avec lesquels elle est arrivée et entame des travaux pour clôturer la parcelle non construite du site. Cela, sous l’œil hagard des agents de sécurité installés sur le site.

A relire: Conflit foncier : Un terrain sur le Vge au cœur d'une arnaque, un ministre proche de Ouattara dans le dossier, la justice interpellée

« Ils sont arrivés et ont commencé à faire descendre des briques et tout sur une partie du site où nos hommes étaient en train de travailler. Vu la situation, nous avons essayé de les calmer avant d’appeler les responsables de la société pour leur expliquer ce que se passait », a appris l’un d’eux puis de faire savoir que du renfort était arrivé pour protéger les installations et le personnel « tout en évitant d’éventuels affronts avec l’autre partie ». Le passage des forces de défense et de sécurité ne fera que calmer les tensions. Le promoteur qui croyait ainsi pouvoir reprendre ses activités dès le lendemain a vite déchanté. En effet, après que les uns et les autres aient quitté le chantier, les vigiles en poste ont fait savoir qu’un individu est passé les menacer de mort et les avertir par ailleurs, du retour des jeunes gens dès le lendemain.

Effectivement, la même situation a prévalu le mercredi 21 novem (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook