CGECI Academy 2018 : Un livre blanc bientôt soumis au Gouvernement ivoirien sur l'industrialisation

  • Source: EDC
  • Date: jeu. 27 sept. 2018
  • Visites: 392
  • Commentaires: 0

La 7è édition de la CGECI Academy a refermé ses portes, le Mercredi 26 Septembre, avec le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly qui a présidé à sa clôture.

Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI, le patronat), Jean-Marie Ackah, a indiqué que son organisation soumettra dans les plus brefs délais, un livre blanc au gouvernement ivoirien.

Selon lui, ce livre sera une feuille de route que devra suivre le secteur privé.

Le Premier ministre acquiesçant, a rassuré la CGECI que le Gouvernement attend ce livre blanc pour renforcer la politique d’industrialisation du pays.

« Le Gouvernement veut aller plus loin dans ce partenariat. Et nous devons travailler ensemble en vue de créer un cercle vertueux pour la lutte contre la pauvreté et la création d’emploi », a-t-il souligné, tout en se réjouissant de la réussite de ce grand forum économique qui a réuni sur les deux jours près de 5 000 participants.

« Le secteur privé occupe une grande place dans l’économie ivoirienne. Et le Gouvernement veut accélérer la transformation de l’économie par la transformation des matières premières agricoles. L’Etat de Côte d’Ivoire au plus haut niveau est résolument engagé dans un partenariat avec le secteur privé », a relevé M. Gon Coulibaly, avant d’évoquer la question de l’éclosion des champions nationaux, qui pour lui, n’est pas option mais plutôt une nécessité.

Il a également invité le patronat à la mise en place d’un cadre de réflexion Etat-Secteur Privé spécifiquement dédié à la question de l’emploi des jeunes, dont l’objectif sera d’apporter des réponses concrètes à tous les niveaux , notamment, l’éducation, la formation professionnelle, l’entreprenariat, le financement, etc.

Notons que la 7e édition du Forum CGECI Academy s’est déroulée autour du thème, «Cap sur l’industrialisation : un défi pour tous ».

 

Anthony NIAMKE