Après le cambriolage de son Cabinet la semaine dernière : L'honorable KKP fait de graves révélations


L'honorable KKP, deputé de Yamoussoukro (Photo d'illustration)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 02 juil. 2018
  • Visites: 810
  • Commentaires: 0
Victime d'un cambriolage à son cabinet la semaine dernière, l'honorable Kouassi Kouamé Patrice (KKP), député de Yamoussoukro à, à travers une déclaration dont nous avons reçu copie, donné les raisons cachées derrière cet acte de vandalisme. Il a estimé être en danger pour ses positions politiques. Ci-dessous l'intégralité de sa déclaration.

1. Suite au cambriolage dont j’ai été victime à mes bureaux dans la nuit du mardi au mercredi dernier, je tiens à rassurer et à dire merci à tous mes amis, mes collègues députés, mes sympathisants et en particulier à la population de Yamoussoukro, pour les nombreux messages de soutien que j’ai reçus, et leur dire également qu’il n’y a pas eu mort d’homme et que cela est le plus important à mes yeux.

2. Concernant le cambriolage, il s’agit certainement d’un cambriolage politique à des fins d’espionnage politique. Sinon comment comprendre que des cambrioleurs classiques puissent être en liaison téléphonique pendant l’opération, car il s’agit bien d’une opération, avec quelqu’un qui leur donnait des instructions sur ce qu’il fallait faire et sur ce qu’il ne fallait pas faire et que les cambrioleurs appelaient chef.

Par ailleurs, l’opération n’a pas duré près de deux (2) heures pour prendre seulement une dizaine d’ordinateurs. Non, puisqu’ils ont pris le temps de casser tous les tiroirs et placards fermés à la recherche de quelque chose et peut être pour poser des micros à des fins d’espionnage?

La question qu’on est en droit de se poser, c’est pourquoi et dans quel but ce cambriolage a t-il été fait? La réponse à cette question est directement liée à mes positions politiques depuis ma candidature indépendante aux élections législatives à ce jour. Cela m’amène à faire un constat qui est simple: si un Député de la nation n’est pas en sécurité dans ce pays, si un avocat n’est pas en sécurité dans ce pays, si un député ne peut pas être libre de partager ses opinions sans représailles dans ce pays, si un avocat ne peut pas avoir la garantie de l’inviolabilité de son cabinet dans ce pays, je vous le dis, ce n’est certainement pas le citoyen lambda qui sera protégé ni ses biens.

Le but de ce cambriolage, c’est l’intimidation et la recherche d’information de nature à me fragiliser. De la quasi totalité des messages et appellent que j’ai reçu, une seule chose revenait de façon récurrente, le mobile politique: c’est en représailles à ton engagement politique.

Déjà, à chacune de mes interventions, je recevais des appels de mes amis pour me dire, soit prudent, fait attention, ils sont méchants, la politique se fait avec violence en Côte d’Ivoire, ils ne sont pas bons. Comment peut-on prétendre être dans une démocratie lorsque toute la population vie dans la peur de représailles de ses opinions?

Toujours à cause de cette même peur de représailles, ceux qui me téléphonent, s’inquiètent à tort ou à raison de ce que les communications téléphoniques étant sur écoute, ils préfèrent m’appeler sur d’autres canaux de communications.

Aujourd’hui d’aucun vont jusqu’à prédire mon enlèvement si je ne me tais pas.

L’avenir nous dira comment tout cela finira ...

3.Cela m’amène au troisième point de mon propos, à savoir que ma détermination reste intacte et que je ne trahirai pas mes convictions qui sont de me battre pour la réforme de la CEI à travers la proposition de loi que j’ai déposé, déposer bientôt une proposition de loi pour la modification du code électoral, encourager tous les députés PDCI à rester dans le groupe parlementaire PDCI à l’assemblée nationale, militer dans mon parti au PDCI RDA pour qu’il garde son autonomie plutôt (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook