Affaire ''3è mandat'' / Gnamien Konan catégorique : « Ouattara ne peut pas être candidat politiquement, moralement, et juridiquement »


Pour Gnamien Konan, Ouattara ne peut pas être candidat en 2020
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 07 juin 2018
  • Visites: 1398
  • Commentaires: 0
Le Président de ''La Nouvelle Côte d'Ivoire'', Gnamien Konan, s'est prononcé ce mercredi 06 Juin 2018 au siège de son parti à Cocody-Vallon sur la possibilité d'une troisième candidature du Président Alassane Ouattara.

Interrogé sur les propos du chef de l'Etat, Alassane Ouattara, selon lesquels la nouvelle constitution lui donne droit à un troisième, voire un quatrième mandat, l'ancien ministre de la Fonction publique a déclaré qu'une troisième candidature du Président Alassane Ouattara serait ''une boîte à pandore''. «Si la parole d'un président dans un pays n'a plus de valeur, ce n'est plus la peine. Il demande deux mandats qu'on lui donne. Avant de partir, il décide de doter la Côte d'Ivoire d'une constitution moderne. Politiquement, moralement et juridiquement, Ouattara ne peut pas être candidat», a lancé Gnamien Konan.

Après quoi, le député de Botro a ensuite fait cas de cinq (5) propositions relativement à deux (2) textes de loi qu'il a déposés sur la table de l'Assemblée nationale. Il s'agit notamment de la loi portant code électoral pour deux propositions et l’ordonnance relative à la prévention et à la lutte contre la corruption pour les trois autres propositions. Concernant la loi portant code électoral, le député de la nation propose l'inscription obligatoire et d'office des nouveaux majeurs sur la liste électorale et la limitation de l'influence des puissances d'argent sur les campagnes électorales.

«La modification de la loi porte sur l’interdiction des objets, vecteurs de publicité politique néfaste à la démocratie», croit-il. Concernant la lutte contre la corruption, le candidat déclaré à la présidentielle de 2020 estime qu'il convient de soustraire de l’obligation de déclaration de patrimoine, les élus (députés et des sénateurs) qui n’ont pas sous leur responsabilité la gestion (...)

Lire la suite sur linfodrome.com