Après sa sortie à Assuéfry / Adjoumani revient à la charge : « La violence verbale, les provocations ne nous apporteront rien »
« Quand on parle de militant Pdci, il faut faire attention, on se connaît »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 17 mars 2018
  • Visites: 2077
  • Commentaires: 0
Le ministre des Ressources animales et halieutiques et Porte-parole du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Kobenan Kouassi Adjoumani, explique, dans cette interview, le bien-fondé des positions qu'il prend au sein de sa formation politique.

Monsieur le ministre, depuis Assuéfry où vous étiez en début de semaine, vous vous êtes insurgé contre certains discours prononcés par des responsables de votre parti le Pdci-Rda, à l'occasion de la cérémonie d'hommage au président Bédié. Or, ces derniers ne réclamaient rien d'autre que l'alternance en 2020 au profit d'un cadre du Pdci-Rda. Qu'est-ce qui vous a tant irrité dans ces discours ?

Je voudrais commencer par rappeler à ceux qui l'auraient peut-être oublié, qu'après l'appel de Daoukro qui a été lancé par le président Henri Konan Bédié en septembre 2014, certains militants étaient réticents parce que ne comprenant pas les raisons profondes de cet appel. J'ai dû monter au créneau pour leur expliquer l'esprit et la lettre de cet important message avec, bien entendu, l'onction du président Bédié, à travers une conférence de presse. Je voudrais rappeler que la tenue de cette conférence n'a pas été facile, vu que certains jeunes ont tenté, par tous les moyens, de nous empêcher de parler ce jour-là. Mais notre opiniâtreté a été payante puisqu'au sortir de cette conférence de presse, tout le monde a compris, et les esprits ont été apaisés. Donc, ce n'est pas moi aujourd'hui qui vais me dresser ou m'opposer à l'application intégrale de l'appel de Daoukro, qui a permis le raffermissement du Rhdp.

 

Qu'est-ce qui explique votre sortie d'Assuéfry ?

Je voudrais après cette mise au point, indiquer que le président Henri Konan Bédié est, et demeure mon référentiel politique. C'est un homme extraordinaire dans le sens noble du terme. Et pour moi, c'est toujours un plaisir renouvelé de l'approcher et de bénéficier de ses sages conseils. Le président Bédié est un grand homme d'État, un visionnaire. Il a servi avec amour et dévouement son pays, et continue de nous démontrer à travers ses sages décisions, que son amour pour ce pays est sans bornes. Vous avez encore vu une fois comment au détour d'une simple audience, avant-hier, il a su apaiser une situation politique qui semblait très tendue.

 

Certains ne comprennent pas pourquoi, vous vous attaquez à ceux qui rendent hommage à Bédié !

Pour revenir à votre question, je voudrais indiquer que lorsqu'on décide d'organiser une cérémonie pour rendre hommage à un tel monument politique, c'est normalement tout le Pdci et tout le Rhdp, j'allais dire toute la Côte d'Ivoire même qui devrait se mobiliser. Ce qui m'a surtout agacé, c'est qu'on s'est servi de cette cérémonie, et surtout du nom du président Bédié, comme un prétexte pour s'attaquer au Rhdp, une œuvre politique chère au président Henri Konan Bédié puisqu'il est le président de la conférence des présidents du Rhdp.

Si le pays connaît la paix et la stabilité aujourd'hui, cela relève de l'œuvre du Rhdp. Au cours de ce meeting, vous avez bien remarqué que l'hommage au président Bédié a été complètement noyé par les discours guerriers, les invectives, les propos de défiance et les injures. J'en veux pour preuves, les comptes-rendus des différents journaux. Pour revenir à l'autre aspect de votre question, en tant que porte-parole du Rhdp, j'avais été instruit par le président Henri Konan Bédié, d'animer une conférence de presse pour faire comprendre aux uns et aux autres, que la question de l'alternance est un domaine réservé à lui et à son jeune frère, le président Alassane Ouattara. En bon militant discipliné, je m'en tiens à cette orientation politique du président Henri Konan Bédié.

 

D'où votre révolte ?

Non, je ne suis pas révolté, j'ai tenu simplement à interpeller ceux qui rament à contre-courant de cette instruction parce que quelque part, je me pose la question de savoir qui les a envoyés, ont-ils reçu mandat pour engager le Pdci-Rda dans cette voie, sur une question aussi sensible, un domaine réservé ? Le Pdci est quand même un parti organisé, structuré dans sa démarche politique. Et puis, qui vous a dit qu'à l'intérieur du parti unifié, on ne peut pas observer la notion d'alternance ? Mais c'est le président Félix-Houphouët Boigny lui-même qui nous enseigne que tous les changements sont possibles, à condition qu'ils se fassent dans l'ordre et l (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


orientation Côte d'Ivoire Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Adjoumani Pdci Rhdp Daoukro formation permis




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour