Marche à Abidjan contre l'enlèvement des enfants

  • Source: APA
  • Date: sam. 03 mars 2018
  • Visites: 1234
  • Commentaires: 1
Des centaines de personnes ont marché, samedi, devant le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody-Angré (Est d'Abidjan) pour ''dire stop'' à l'enlèvement des enfants dans le pays et exprimer leur soutien à la famille de Traoré Aboubacar Sidick dit Bouba, un enfant de 4 ans enlevé, torturé et assassiné la semaine dernière par un bijoutier de 27 ans pour un crime rituel, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

De noir vêtus majoritairement avec des bougies pour certains et des gerbes de fleurs pour d'autres, ces ivoiriens ont procédé à une marche dite ''silencieuse'' ponctuée par des prières devant ledit établissement sanitaire à quelques encablures du CHU où le corps sans vie du « petit Bouba » avait été retrouvé enseveli, ligoté avec la gorge tranchée.

« Le message que nous voulons lancer, c'est de dire stop aux enlèvements et aux crimes rituels d'enfants dans le pays», a expliqué Nicole Mireille Didier, une cyberactiviste ivoirienne co-initiatrice de ce rassemblement.

« Nous n'avons pas le droit de laisser prospérer ces crimes contre les enfants. Il faut que ça s'arrête. Par cette manifestation, c'est un soutien moral que nous apportons à la famille de Bouba », a ajouté Mme Nicole Mireille plaidant auprès des autorités ivoiriennes afin que le carrefour du CHU de Cocody-Angré soit baptisé « carrefour Bouba» en mémoire de la victime.

M. Hassan Hayek, également co-initiateur de ce rassemblement a, pour sa part, espéré que « Bouba sera le dernier cas de crimes d'enfants dans le pays ». Venu ''marquer sa solidarité'' à la famille de la victime et exprimer son ''indignation'', le célèbre artiste musicien ivoirien, Guillaume Konan dit Kajeem a estimé quant à lui, que « Bouba est un cas extrême » ajoutant que « c'est notre façon à nous de dire qu'il faut que ces crimes s'arrêtent ».

Selon lui, il était important que ce rassemblement ait lieu « simplement pour dire stop aux enlèvements d'enfants, stop à tous ces crimes pour que nos enfants soient un peu plus en sécurité dans nos rues ».

Le Week-end dernier, rappelle-t-on, un enfant de 4 ans enlevé dans le quartier de Williamsville (Centre d'Abidjan) a été retrouvé enseveli, lig (...)

Lire la suite sur APA



Educarriere sur Facebook