FPI : Après la sortie de Sangaré, le camp Affi réagit : « Sangaré est le cheval de Troie par excellence du régime Ouattara »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 20 fév. 2018
  • Visites: 2187
  • Commentaires: 6
Suite à la récente conférence de presse animée par Aboudrahamane Sangaré, chef de file de la dissidence au sein du Front populaire ivoirien (Fpi), le jeudi 15 février 2018, le camp Pascal Affi N'guessan, à travers un communiqué dont copie nous est parvenue, a décortiqué ses propos et l'a accusé d'être le pion du régime Ouattara. Ci-dessous l'intégralité dudit communiqué.

Déclaration du Front Populaire Ivoirien (FPI) relative à la conférence de presse de la dissidence

Les faits

Le jeudi 15 février 2018, M. Sangaré Abou Drahamane, porte flambeau de la dissidence au sein du Front populaire Ivoirien (FPI), a, au cours d'une conférence de presse, lu un texte présenté comme le « mémorandum du FPI sur les conditions d'élections justes et transparentes en Côte d'Ivoire », et tenus des propos dont la gravité appelle de la part de la direction du FPI, une clarification et des mises au point. Notamment, sur la personnalité de M. Sangaré, la question du boycott de toutes les élections par le FPI, depuis 2O11, celle de l'ouverture des discussions avec le pouvoir actuel, du rôle joué par Sangaré, dans le dénouement de la crise postélectorale de 2011 et le sort fait actuellement au président Laurent Gbagbo, de la présence supposée d'un émissaire de la France à la conférence de presse, la fierté que Sangaré dit en tirer, de l'affirmation surréaliste de Sangaré qui se présente, lui même comme un individu rancunier et, enfin, de la litanie, habituelle, visant à présenter le président du FPI, l'honorable Pascal Affi N'guessan, comme le responsable des malheurs des dirigeants de la dissidence.

Les observations du FPI De la personnalité de Sangaré Abou Drahamane Sangaré Abou Drahamane, au vu et au su de l'opinion nationale et internationale, continue de faire preuve de supercherie honteuse en s'arrogeant le titre, ronflant et vide de président par intérim du FPI.

Le FPI tient à rappeler à Sangaré que, de même qu'on ne devient bachelier qu'après avoir subit, avec succès, les épreuves afférentes à ce diplôme, on ne devient président d'une institution comme le FPI, qu'après avoir reçu l'onction des militants au cours d'un congrès électif.

A toutes fins utiles, il peut être bon de rappeler, à Sangaré, que le FPI s'est librement donné comme président, depuis le Congrès ordinaire de juillet 2001, l'honorable Pascal Affi N'guessan.

Si, tel est donc le rêve secret et profond de Sangaré de présider aux destinées du FPI, il est le bienvenu au prochain Congrès ordinaire du FPI.

De la question du boycott des élections

Dans son fameux mémorandum, Sangaré affirme : « Depuis l'arrivée au pouvoir de M. Alassane Ouattara en 2011 (…), le FPI a boycotté toutes les élections et consultations organisées dans les conditions douteuses décriées ».

Sangaré tente vainement de tronquer la vérité, et de réécrire l'histoire récente de la Côte d'Ivoire. La vérité, c'est que le FPI a boycotté les élections législatives de 2011, les municipales et les régionales de 2013. Mais, le FPI a participé à l'élection présidentielle d'octobre 2015, avec comme candidat, le camarade Pascal Affi N'guessan, et aux législatives de novembre 2016, avec 187 candidats, dont trois, brillamment élus à l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire.

Le FPI assume, avec responsabilité, sa participation à ces différents scrutins et les résultats obtenus.

En effet, depuis sa sortie de prison, en août 2013, le Président Pascal Affi N'guessan a engagé le FPI dans le jeu politique, loin du ghetto de la politique fiction où Sangaré et ses amis ont voulu l'enfermer.

De la question de l'ouverture des discussions avec le pouvoir

« Oui, pour ramener la confiance afin de bâtir une Côte d'Ivoire une et indivisible, asseyons-nous et discutons » dixit Sangaré. Dans nos quartiers populaires d'Abidjan, on dirait : « qu'est-ce qui n'a pas marché ? » Pourquoi cette volte face à 360° ? La posture de belligérance aveugle de Sangaré, et de ses amis, a-t-elle fait long feu ? Sangaré est-il, enfin, entrain de se réveiller de son dogmatisme légendaire, pour qu'il demande, ici et maintenant des discussions avec le pouvoir ?

En tout état de cause, et quelles que soient les réponses à toutes ces questions, les propos de Sangaré constituent un aveu d'échec qui donne raison au Président Affi N'guessan, qui, dès sa sortie de prison, a exhorté le parti, et les militants, à s'inscrire dans le jeu politique, à travers le dialogue politique avec les tenants du pouvoir. Sangaré, toute honte bue, enfonce une porte largement ouverte par le Président Pascal Affi N'guessan, après avoir, quatre ans durant, contribué à faire perdurer la souffrance de nombre de nos concitoyens, qui croupissent toujours en prison, vivent l'enfer de l'exil interne ou externe, ou qui sont toujours privés de leurs biens. Au nom de tous ces compatriotes, le FPI appelle une fois encore, Sangaré, et ses amis, à mettre fin à la dissidence, et à créer les conditions de l'unité du parti. Parce que, c'est uni que le FPI aura plus de chance d'amener le régime Ouattara à la table de discussion. Et non le contraire.

Du rôle joué par Sangaré dans le dénouement de la crise postélectorale

Au cours des échanges qu'il a eu avec la presse, Sangaré a affirmé que, c'est bien lui qui a conseillé au Président Laurent Gbagbo de ne pas démissionner, comme le lui suggérait la communauté internationale, et qu'il l'assume. Est-ce à dire que Sangaré est fier des conséquences qu'ont entrainées cette posture qu'il a conseillé au Président Gbagbo ? Conséquences au nombre desquelles l'on peut citer le lourd bilan humain de trois mille morts évoqué par l'ONU. Mais, aussi les emprisonnements, les destructions massives de biens et l'exil de milliers d'ivoiriens.

Avec de tels propos, il apparaît clairement que c'est Sangaré, qui par ses mauvais conseils a conduit le Président Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé à la prison de la Cour Pénale internationale (CPI), l'honorable Simone Gbagbo en prison à Abidjan, elle aussi réclamée par la CPI, alors que lui, Sangaré, est libre de tout mouvement, et autorisé par le régime d'Abidjan à animer une dissidence au sein du FPI.

Au regard de tout ce qui précède, il apparaît que Sangaré a une lourde responsabilité dans le sort qui est fait aujourd'hui au Président Laurent Gbagbo. Une situation qu'il essaie d'exploiter avec cynisme pour tenter de se faire une place au soleil.

De la présence supposée d'un représentant de l'ambassade de France à la conférence de presse et de la fierté que Sangaré dit en tirer

A l'occasion de cette conférence de presse, Sangaré et ses amis ont présenté quelqu'un comme le représentant de l'ambassade de France. Cette présence a suffit pour que Sangaré se dise publiquement honoré. Cette déclaration appelle de la part du FPI deux observations. L'une de forme et l'autre de fond.

D (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo Simone Gbagbo Alassane Ouattara Affi N'guessan Charles Blé Goudé Front populaire ivoirien FPI Abidjan France CPI élection présidentielle candidats Assemblée nationale élections ivoiriens dialogue politique crise postélectorale




Educarriere sur Facebook