FPI / Cissé Bacongo à propos du camp Sangaré : « On peut progresser jusqu'à un rapprochement qui se traduirait par une alliance »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 10 fév. 2018
  • Visites: 880
  • Commentaires: 0
Le Vice-président du Rassemblement des républicains (Rdr) chargé des Affaires juridiques et institutionnelles, des droits humains, également chargé des communes de Koumassi et Marcory, le député de Koumassi, Cissé Ibrahima Bacongo, revient sur son intervention au meeting qu'il a organisé, dimanche 4 février 2018, à la place In'Challah de Koumassi. L'ex-ministre et Conseiller spécial du président de la République chargé des Affaires juridiques, institutionnelles et politiques nous a accordé cette interview, mercredi 7 février 2018, dans ses bureaux au Plateau.

Au meeting de la place In’ Challah, le dimanche 4 février, la Secrétaire générale du Rdr, Kandia Camara, a invité les cadres et militants de Koumassi à la cohésion. On a vu à cette tribune, ensemble, les élus de la commune, dont vous-même, Vice-président du Rdr chargé de Koumassi et Marcory. Était-ce le début d'une nouvelle page pour le Rdr à Koumassi, ou juste une image de circonstance ?

Bien évidemment que l'image que nous avons affichée, aux yeux des militants du Rdr, mais au-delà, aux yeux de toutes les populations de Koumassi, ne saurait être une image de circonstance. Il n'y a pas que Koumassi où il y avait des difficultés entre militants. Presque partout, ailleurs dans le pays, on a assisté à des incompréhensions. Il est vrai qu'on peut considérer cela comme des disputes de famille, mais quelquefois malheureusement, ces incompréhensions ont dépassé le cadre de simples disputes pour se muer en de véritables mésententes. Nous avons voulu, à Koumassi, donner l'exemple au reste du pays. Le message de cohésion de la Secrétaire générale Kandia Camara était fort à propos. Ces retrouvailles ne sont pas de circonstance. Nous ferons de sorte que ces retrouvailles aient un caractère définitif.

 

Est-ce qu'on peut dire que le Rdr est réconcilié à Koumassi, et que, dans la perspective des élections locales, vous irez en rang serré ?

On peut dire que le Rdr est réconcilié à Koumassi. On peut dire que celles et ceux qui animent le parti, qu'il s'agisse des députés, du Secrétaire départemental, de tous les autres responsables locaux, regardent dans la même direction. Bien sûr, nous sommes quelques jours seulement après la réconciliation. Il peut exister chez certains- et cela est humain- quelques ressentiments, des frustrations. Mais de tels sentiments passeront avec la vie en communauté. Nous avions, certainement, des envies d'être ensemble, de vivre ensemble, de marcher ensemble. La vie reprend son cours normal. On avancera ensemble. Toutes celles et tous ceux qui étaient en conflit les uns avec les autres, ont décidé d'avancer soudés. C'est vous dire que le Rdr est réconcilié avec lui-même à Koumassi. 

 

Tous autant que vous êtes, cadres du Rdr à Koumassi, êtes-vous dans le même état d'esprit, celui de tourner la page de la division ?

Je crois pouvoir répondre par l'affirmative. Le lundi qui a suivi le meeting, j'ai demandé au Secrétaire départemental, Sidi Koné, de convoquer une réunion, afin que nous pussions faire un débriefing. J'ai pris le temps, à l'occasion de ce débriefing, de jauger l'état d'esprit des uns et des autres. Tous étions déterminés à aller de l'avant, à faire en sorte que ce que nous avons connu, soit un lointain passé. J'ai parlé d'un départ nouveau pour Koumassi. Ce qu'il s'est passé est censé ne s'être jamais produit. Plus rien ne devrait nous diviser. Chacun jouera sa partition dans ce processus. Le Vice-président que je suis, assumera ses responsabilités en tant que Coordonnateur et superviseur des activités des structures sur place. Le Secrétaire départemental assurera la gestion quotidienne du parti. Lorsqu'il m'invitera à une réunion, à laquelle ma présence sera indispensable, je serai présent. Lorsque je sentirai la nécessité de faire organiser une rencontre, je lui en parlerai.

 

M. le Vice-président, l'autre temps fort du meeting place In’ Challah a été votre discours. Vous avez encouragé la Secrétaire générale du Rdr, Kandia Camara, à aller vers les autres partis. Vous avez cité nommément des personnalités du Front populaire ivoirien. Pour un meeting dit de sensibilisation et de mobilisation du Rdr, c'était un discours plutôt inattendu. Qu'est-ce qui a pu motiver ce message de réconciliation et de rassemblement impliquant vos adversaires politiques ?

Nous sommes dans un parti politique qui est animé par des militantes, par des militants, par des responsables. La sensibilisation, ce n'est pas juste venir et demander aux gens d'aller à gauche, à droite, de ne pas s’asseoir ici, de se tenir plutôt débout...La sensibilisation va au-delà du simple fait de donner des informations aux militants, et les instruire sur le processus électoral à venir. Sensibiliser suppose que nous aidions les militants à avoir des positions éclairées, qui cadrent avec l'environnement. La tribune, pour moi, était parfaitement adaptée pour adresser un type de message aux militants dans les quartiers. Ces militants partagent leur quotidien avec d'autres Ivoiriens qui n'ont pas forcément les mêmes opinions politiques qu'eux. Les rapports entre militants des différents bords ont ét&eacu (...)

Lire la suite sur linfodrome.com