Affaire ''une femme défigurée avec de l'acide'' / Tié Clément (le mari) : « J'allais tuer ma maîtresse si elle n'avait pas pris la fuite »
« J'évite mes beaux parents »
« J'ai besoin de soutiens financiers pour soigner ma femme »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 30 janv. 2018
  • Visites: 2912
  • Commentaires: 4
Mme Gnobo Cha Thérèse a été aspergée, le vendredi 5 janvier 2018, d'acide par la maîtresse de son mari. Pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette féroce rivalité qui risque de faire perdre, à jamais, la vue à sa femme, avec laquelle il vit depuis sept (7) ans, et qui lui a donné deux filles ( jumelles), nous avons interrogé Tié Clément, le mari par lequel le drame est arrivé. Désarçonné et dérouté, l'homme nous a confié qu'il allait tuer sa maîtresse enceinte de 9 mois, si elle n'avait pas pris la fuite.

Votre femme a été défigurée avec de l'acide. Quand cet acte ignoble a-t-il été commis?

Tié Clément : Nous étions le vendredi 5 janvier 2018, quand, à minuit, j'ai été tiré de mon sommeil par des appels. Précipitamment, j'ai porté un tee-shirt, et je suis sorti au salon. C'est là qu'on m'a appris que quelque chose de grave est arrivé à ma femme. Dans la pénombre, j'ai trouvé ma femme se tordant de douleurs, à même le sol. C'est là bas que j'ai appris qu'elle a été attaquée à l'acide. Aussitôt, j'ai fait appel à un ami qui possède un véhicule, pour l'évacuer sur l'hôpital d'Alépé, aux environs d'une (1) heure du matin.

 

Il se raconte que c'est votre maîtresse qui est l'auteure de cet acte ignoble, et qu'elle a pris la fuite après son forfait?

Je n'en croyais pas mes oreilles, quand j'ai appris que c'est ma copine qui est l'auteure de cet acte ignoble. J'ai été interloqué, lorsque le médecin de l'hôpital d'Alépé a interrogé ma femme, et qu'elle a donné plus de détails sur l'affaire. Selon elle, elle rentrait à la maison après avoir accompagné ses sœurs, quand sa rivale qui l'attendait dans la pénombre, l'a aspergée d'un liquide qui s'avère être de l'acide. Elle a été atteinte au visage, aux yeux, au cou et à la poitrine, par ce produit dangereux.

 

Quel est l'état actuel de votre épouse?

A l'hôpital d'Alépé, après une observation du médecin, à 16 h, du samedi 6 janvier 2018, il a ordonné l'évacuation de ma femme sur le Centre hospitalier universitaire (Chu) de Cocody. Mais bien avant, il m'a laissé entendre que, c'est dans cette structure sanitaire, que des soins plus appropriés pourront lui être prodigués. Depuis cette date, ma femme est internée au 11ème étage du Chu de Cocody, à la chambre 15.

 

Quels sont les soins qu'elle reçoit ?

Ses blessures ont été traitées et actuellement, l'équipe d'agents de santé s’attelle à soigner sa gorge qui a été sérieusement atteinte par le produit. Après cette étape, elle sera internée au service Ophtalmologie afin que des spécialistes se penchent sur ses yeux.

 

Y a-t-il espoir pour que votre femme retrouve la vue ?

Humm ! C'est la véritable équation. Selon les échos qui me parviennent, l'espoir est très mince, et c'est ce qui me peine. Je ne fais que prier pour que Dieu fasse un miracle. Car, rien n'est impossible au Seigneur

 

Comment se fait la prise en charge de la mère de vos filles jumelles ?

Depuis le 5 janvier, je suis seul à faire face aux dépenses. Aujourd'hui, je n'ai plus rien. Toutes mes économies se sont volatilisées à cause de la bêtise de ma copine. Elle m'a mis dans des problèmes parce que l'un des médecins dit que la phase la plus coûteuse de la prise en charge, est à venir. Je suis à sec. Je demande aux bonnes volontés de me venir en aide pour soigner ma femme.

 

Et les parents de votre femme ?

A vrai dire, j'évite mes beaux parents. Ce que je sais, c'est qu'ils envisagent de porter plainte contre ma copine, pour son acte. J'adhère totalement à cette démarche. J'allais tuer ma maîtresse si elle n'avait pas pris la fuite. C'est incroyable. Comment peut-on agir de la sorte !

 

Selon vous, comment peut-on expliquer l'acte posé par votre copine?

J'ai du mal à croire à l'acte qu'elle a posé. On ne peut pas agir de la sorte à l'encontre d'un être humain. En 2015, quand j'ai décidé de fricoter avec elle, je ne savais pas qu'elle pouvait être capable d'un tel acte. On dit souvent que l'étranger à de gros yeux, mais il ne voit pas clair. Je crois que c'est ce qui m' est arrivé.

 

Vous n'êtes donc par ressortissant de Memni ?

Je suis parti à l'aventure à Memni. Une fois là-bas, j'ai été recruté, en 2006, comme m (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook