CPI / Me Habiba Touré ''descend'' la journaliste Stéphanie Hartman : « Gbagbo n'est pas dans un Hôtel cinq étoiles »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 12 oct. 2017
  • Visites: 1850
  • Commentaires: 2
A l'occasion d'une émission « Afrique T » diffusée le 7 octobre 2017 sur la chaine TV5 Monde, la journaliste Stéphanie HARTMANN de la station de radio Africa n°1 a déclaré que Laurent Gbagbo était savamment bien traité dans sa cellule de la CPI et qu'il point n'est besoin de lui accorder une quelconque liberté provisoire. Dans une déclaration publiée ce jeudi, Me Habiba Touré, avocat de Laurent Gbagbo, charge la journaliste Stéphanie Hartmann.

Au cours de l'émission ''Afrique T'' diffusée le 7 octobre 2017 sur la chaine TV5 Monde, la journaliste Stéphanie HARTMANN de la station de radio Africa n°1 a tenu les propos suivants :

« (…)Quels sont les arguments qui justifieraient qu’on libère GBAGBO ? Je ne vois pas lesquels. Si c’est les raisons de santé, je pense qu’il a une meilleure, un plus grand accès aux soins à la CPI, là où il est, que n’importe quel contribuable ivoirien (…). A quoi ça servirait la libération de Laurent GBAGBO ? Je pense que ses conditions de détention sont plutôt agréables. Il a un studio. Il a des gens qui s’occupent de lui (…). Et la détention préventive est quelque chose qui est la norme par exemple en France (…) ».

La réaction de Me Habiba Touré est sans calcul. "Tout d’abord, nous tenons à nous scandaliser face à des propos à la limite du racisme qui consistent à sous-entendre qu’il n’y aurait pas de soins en Côte d’Ivoire", s'indigne l'avocate de Laurent Gbagbo. Puis de poursuivre sans embages: "En ce qui concerne les arguments de la défense justifiant la libération du Président Laurent GBAGBO, il suffisait à Madame HARTMANN de faire un minimum de travail journalistique, ne serait-ce qu’en allant sur le site de la CPI pour savoir que la défense a fondé sa demande de mise en liberté sur le fait notamment que :

Aucun élément objectif ne permet de soutenir que le Président Laurent GBAGBO chercherait à se soustraire à la justice s’il était mis en liberté. L’ Accusation a toujours échoué à apporter la moindre preuve, le moindre élément objectif, sur l’existence d’un prétendu réseau qui serait prêt à le soustraire à la justice. La durée de la détention porte nécessairement atteinte à la liberté de chacun, et ce alors même que le Président Laurent GBAGBO demeure présumé innocent. L’état de santé du Président GBAGBO, au regard notamment de son âge, et des évènements traumatisants subis, puisqu’il a tout de même été détenu à Korhogo, 7 mois en dehors de tout cadre légal, plaide encore pour sa mise en liberté. Le Président Laurent GBAGBO demeure présumé innocent, et qu’à ce titre, et dès lors qu’il peut fournir des garanties de représentation, rien ne justifie son maintien en détention".

Au vu de ce qui précède, fait noter Me Touré, il apparait clairement que non seulement Madame HARTMANN ignore totalement le sujet, mais en plus elle ne s’es (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook