Libération de Marcel Yapi dans l'affaire Agrobusiness : des souscripteurs initient une pétition


(Photo d'archive)
  • Source: Notre Voie
  • Date: lun. 25 sept. 2017
  • Visites: 1084
  • Commentaires: 0

Un groupe de souscripteurs et Borgia Marero ont lancé, début septembre 2017, une pétition sur internet pour réclamer la libération de Marcel Yapi directeur général de la société Agrocred, une entreprise du groupe Agronomix. La pétition adressée au chef de l’Etat, Alassane Ouattara est intitulée « Pétition pour La libération de Marcel Yapi ».

Ces souscripteurs estiment que l’incarcération de Marcel Yapi, frère cadet de Christophe Yapi, Pdg de Monhévéa.com (une entreprise du groupe sus cité), à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), depuis le 24 janvier 2017, dans le cadre de la crise de l’agrobusiness, est injuste. Ce après une garde à vue d’une semaine à la Police économique, à Abidjan-Plateau.

Ces souscripteurs estiment que les allégations d’escroquerie et de blanchiment de capitaux dans la cadre de la crise dans le secteur de l’agrobusiness à l’encontre de Monhévéa.com ne peuvent pas constituer une raison pour l’incarcération de Marcel Yapi qui a dirigé Agrocred à partir de février 2016 jusqu’à son arrestation. Les auteurs de la pétition ont fait la révélation, selon laquelle, durant la garde à vue de Marcel Yapi, les agents de la police économique lui ont confié qu’il ne serait libéré qu’à la seule condition que son frère Christophe Yapi, actuellement en France (car poursuivi par la Justice ivoirienne), rentre en Côte d’Ivoire pour se constituer prisonnier. A en croire les initiateurs de la pétition Marcel Yapi est la victime collatérale d’un bras de fer juridique. C’est à juste titre qu’ils souhaitent pour la crédibilité de la Justice ivoirienne que celui-ci soit libéré ou, à défaut, qu'on le juge, afin de lui donner une chance de se défendre. Quelques jours après le lancement de la pétition ce sont plus de 1.500 signatures qui sont enregistrées sur le site www.change.org

Plusieurs autres responsables de sociétés sont encore en prison dans le cadre de la crise d’agrobusiness. Il y a, par exemple Mme Olga Koffi présidente du Syndicat national des professionnels de l'Agro-business en Côte d'Ivoire (SYNAPAB-CI). MarcelYapi, juriste de formation, marié et père de 4 enfants, après16 années d’une carrière professionnelle en cabinets d’audit et d'avocat en Côte d’Ivoire et au Congo, rejoint en 2016, le groupe Agronomix créé par son grand frère dans le cadre de la diversification de ses activités. 

G. E.




Educarriere sur Facebook