7è Forum sur la révolution verte en Afrique / Coulibaly Sangafowa (ministre ivoirien de l'Agriculture et du développement rural) : « La Côte d'Ivoire consacre 4 % de son budget à l'Agriculture »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 07 sept. 2017
  • Visites: 389
  • Commentaires: 0
La Côte d'Ivoire, pays à vocation agricole, ne consacre qu'environ 4 % de son budget à l'Agriculture.

C'est ce qu'a fait savoir Coulibay Sangafowa, ministre ivoirien de l'Agriculture et du développement rural, le 5 septembre 2017, lors de la 7e édition du Forum pour la révolution verte en Afrique, qui s'ouvre officiellement ce matin, à Abidjan. « En ce qui concerne la Côte d'Ivoire, nous avons hérité d'une situation où nous avions moins de 2 % à l'époque, du budget qui est consacré au secteur agricole. On a pu améliorer ce taux pour passer à un taux de plus de 3 %, même 4 % pour le budget de 2015. Malheureusement, on est resté à ce stade, parce que l'ensemble du budget s'est accru sans que la part accordé au secteur agricole n'ait suivi. En termes relatifs, nous tournons autour de 4 % », a-t-il indiqué. En sa qualité de président de la conférence des ministres de l'Agriculture pour la Fao, M. Coulibaly a fait observer que la Côte d'Ivoire ne fait pas l'exception.

« Par rapport aux engagements de Maputo, je suis vraiment au regret de vous dire qu'on est très loin des objectifs. Au niveau de tous les États africains, on est très loin des objectifs », a souligné le ministre ivoirien. Pour lui, ce qui permettra d'avancer, c'est l'investissement qui sera issu du secteur privé. « Mais, il est clair que les ressources du secteur privé ne peuvent pas aller dans les infrastructures. Les infrastructures et l'amélioration du cadre est le rôle de l'État. L'un des objectifs de cette conférence, c'est de faire en sorte que les engagements de Maputo soient respectés par l'ensemble des pays y compris la Côte d'Ivoire. Comme je vous l'ai dit, très peu de pays ont atteint cet objectif. Même ceux qui disent l'avoir atteint, quand on regarde, ils comptabilisent des dépenses qui ne sont pas nécessairement des dépenses agricoles », a-t-il fait observer.

Cependant, le ministre de l'Agriculture ne trouve pas incohérent que les chefs d'État clament que l'Agriculture est l'avenir du continent mais n'y consacrent pas les parts budgétaires nécessaires. « Ce n'est pas une contradiction de mon point de vue. Pour moi, c'est de passer à l'action. Le fait de le déclarer, cela veut dire qu'il y a une volonté politique des leaders africains. Ce que nous disons, il faut maintenant agir. C'est pou (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook