Plafonnement des prix, verbalisation des commerçants, pénurie de sucre, convoyage,... : Farikou Soumahoro fait des révélations

  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 28 août 2017
  • Visites: 473
  • Commentaires: 1
La verbalisation à Gagnoa de plusieurs commerçants contrevenant à la mesure de plafonnement de prix, le mercredi 23 août 2017, est difficilement passée au niveau de la Fédération nationale des commerçants de Côte d'Ivoire (Fenacci).

Lors de l'échange téléphonique que nous avons eu avec lui le vendredi 25 août 2017, Farikou Soumahoro, le président de la fédération, a dit sa colère face à cette décision. A l’en croire, la verbalisation de ces commerçants ne saurait être la solution à l’application effective de la mesure de plafonnement. Une mesure qui, selon lui, ne tient pas compte des réalités que connaissent les commerçants dans l’exercice de leurs activités. Notamment les frais de transport relativement élevés que paient ceux-ci et le coût des marchandises. Il en veut pour exemple le cas des commerçants de la région de Gueyo qui déboursent respectivement 200.000 F Cfa et 300.000 F Cfa pour le transport de 5 et 10 tonnes de marchandises vers Gagnoa. « Le tout n’est pas d’aller sanctionner les gens. Le commerçant a des problèmes. Il achète sa marchandise à un prix X, paie un transport qui bouffe déjà sa marge bénéficiaire, dans ce cas, il lui est difficile de respecter le plafonnement. On l’a dit. Il faut tenir compte de tout cela avant de prendre une décision», s’est-il plaint.

A lire aussi: Plafonnement des prix des denrées/ Ce qui se passe dans les marchés à l'intérieur du pays

Aussi, a-t-il invité les commerçants des différentes localités de l’intérieur du pays à adresser par écrit leurs préoccupations au préfet de région, afin que ceux-ci soient informés des difficultés qu’ils rencontrent dans la mise en œuvre de la décision et permettre dans le même temps aux actions syndicales d’avoir plus de poids. « Quand au niveau des importateurs, on leur vend le kilo de sucre à 700 F Cfa et qu’on leur demande de revendre au même prix, est-ce qu’ils peuvent le faire ? Au niveau du riz aussi, je crois qu’on leur demande de le vendre à 370 F Cfa le kilogramme. Si on lui vend à 360 F Cfa le kilogramme, est-ce qu’il peut revendre à 370 F CFa en sachant qu’il paie le transport et tout ? Ce sont un peu les problèmes qui me sont remontés. C’est pour cela que je leur ai dit d’adresser par écrit ces préoccupations au préfet des régions dans lesquelles ils exercent, les prendre à témoin et m’envoyer une copie afin que je monte au créneau. Je crois qu’ils vont le faire », a espéré M. Farikou.

 

Danger à l'horizon

Il n’a pas manqué de soulever les graves conséquences que pourraient avoir la situation actuelle sur l’activité commerciale en Côte d’Ivoire. En effet, a-t-il relevé, face à l&rsq (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook