Vers la réforme de l'état civil en Côte d'Ivoire

  • Source: AIP
  • Date: mer. 23 août 2017
  • Visites: 2422
  • Commentaires: 2

Un atelier sur la réforme de l'état-civil en Côte d'Ivoire s'est ouvert lundi à l'hôtel HP Ressort de Yamoussoukro, en vue de procéder à l'examen des textes régissant le cadre juridique et institutionnel de l'état civil et l'identification, afin d'en sortir un cadre juridique et institutionnel nouveau et actualisé. 

Initié par l'Office national d'identification (ONI), avec le soutien financier de l'UNICEF, l'atelier s'inscrit dans le cadre de la modernisation de l'état-civil du pays, et vise à la mise en place du registre national des personnes physiques (RNPP) assorti de numéro identifiant unique, en vue d'une meilleure identification et du contrôle des personnes à des fins sécuritaires et de planification.

L'atelier se tient deux ans après la 3è conférence des ministres en charge de l'état-civil tenue en 2015 à Yamoussoukro, avec l'engagement pris par la Côte d'Ivoire de moderniser de l'état civil conformément aux principes du système d'enregistrement des faits d'état civil et de production des statistiques (CRVS) qui concernent tous les Etats africains.

« C'est dans ce contexte là que nous sommes là pour pré-valider le plan national de gestion des états civils présenté à l'occasion d'une réunion interministérielle le 13 juin », a précisé le chef du département de l'état civil et de l'identification, Jean-Yves Meless Essis. Il a ajouté qu'un comité technique national se chargera de valider les textes qui seront ensuite remis au ministre de l'Intérieur et de la Sécurité qui présentera à son tour les conclusions des travaux à l'Assemblée nationale.

Le Nouveau cadre juridique et institutionnel de l'état-civil prend en compte l'entrée, et le séjour des étrangers en Côte d'Ivoire. Il permettra à l'état civil de s'approcher des populations avec la création des points de collectes communautaires dans las village, et les points de collectes sanitaires dans les centres de santé qui vont recueillir les informations sur les naissances dans les villages.

L'atelier regroupe des agents de santé « parce qu'il y a maintenant les codes de décès qui doivent être recueillis à l'état civil. Il faut les professionnels de santé pour déterminer les codes parce que se sont des données personnelles pour ne pas divulguer que tel ou tel est mort de telle maladie », a fait savoir le chef du département de l'état civil.

« Les textes sont entrain d'être analysés pour un état-civil fiable, et pour proposer des textes qui intègrent le RNPP et les techniques d'information et de communication (TIC), dans la gestion du système de l'état-civil, et l'identification pour une loi qui incorpore cet ensemble d'innovation », a rassuré le directeur de l'état civil Jean-Yves Meless Essis.

L'atelier prend fin vendredi et regroupe comme participants les agents de l'Agence de régulation des télécommunications (ARTCI), de l'Institut national des statistiques (INS), du ministère des Affaires étrangères pour l'état-civil consulaire, des agents du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité, et des agents de l'ONI qui est l'encrage institutionnel de l'état civil en Côte d'Ivoire.

(AIP)

nam/fmo




Côte d'Ivoire Yamoussoukro ARTCI UNICEF RNPP ONI identification Assemblée nationale



Educarriere sur Facebook