Enseignement primaire : Les dissidents du MIDD annoncent des actions
Akré Richard (SN de Espoir) : « Notre action n'est pas liée à un individu encore moins à une ancienne structure »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 09 mai 2017
  • Visites: 1020
  • Commentaires: 0
''J'appelle tous les Instituteurs de Côte d'Ivoire, de comprendre notre action. Notre action n'est pas liée à un individu encore moins à une ancienne structure. Il s'agit d'un nouveau dynamisme. Tous ceux qui sont épris de lutte syndicale, peuvent nous rejoindre pour mener la lutte''. Akré Richard, Secrétaire national (S.N) de Enseignants solidaires professionnels ouverts ivoiriens du renouveau (Espoir), syndicat de l'Enseignement primaire, créé le 25 mars 2017 par des dissidents du Midd, clarifiait ainsi la naissance de son Mouvement.

Il a tenu ces propos, en marge de l'Assembleé générale ténue le samedi 6 mai 2017 au Cafop de Yamoussoukro, par sa structure (Espoir). Une rencontre qui a vu la participation de plusieurs centaines d'ensignants venus de différentes contrées du pays. Prétextant l'absence d'alternance à la tête des syndicats du primaire qui ''ne sont plus actifs'', Akré Richard a justifié la création de Espoir par de nouvelles orientations et une nouveau dynamisme dans l'enseignement primaire. ''Les trois mois à venir, nous allons installer nos bases dans les différentes Inspections de l'Enseignement primaire (Iep) qui existent. Ensuite, nous allons demander une audience à Madame le Ministre (Kandia Camara, Ndlr), à l'effet de lui remettre notre livre blanc, et échanger avec elle'', a annoncé M. Akré. Qui a précisé que le premier objectif de son organisation, c'est de faire en sorte que tous les Instituteurs aient une prime mensuelle de 50.000 fcfa, parce que, a-t-il dit, ''les Instituteurs travaillent dans des conditions difficiles qu'aucun autre fonctionnaire ne connaît''. Avant l'ouverture des travaux de l'Assemblée générale, Akré Richard a gagé que Espoir représente l'avenir des enseignants, non sans faire remarquer que ses ''camarades'' se sentent désabusés, déçus et désorientés sur le terrain, et ne croient plus à la lutte syndicale. ''Pour nous, il était donc injuste de laisser cette noble corporation sans une boussole. D’où la naissance de Espoir'', a-t-il soutenu.

Face aux difficultés qui minent la corporation des enseignants, le premier responsable de Espoir a égrené leurs revendications essentielles : une prime de 50.000fcfa pour l’instituteur à cause des conditions difficiles de vie et de travail (station débout toute la journée, exposition à des maladies contagieuses, stress permanent, absence de formation et de documentation...) ; l’amélioration de la prime des Directeurs d’école, qui n’atteint m&ec (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Offres d'emploi du jour