Port-Bouet / Plusieurs emplois perdus dans un déguerpissement : Les victimes accusent


(Photo d'illustration)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 10 avr. 2017
  • Visites: 2100
  • Commentaires: 0
Le Comité supérieur des surveillants de terre de Côte d'Ivoire pour le Développement des quartiers précaires route de Grand-Bassam (Cossut-Dqrgb) section derrière Warff, dans la commune de Port-Bouët, n'a plus de siège depuis le vendredi 24 mars 2017.

Les bâtiments abritant les bureaux de cette organisation ont été rasés dans le cadre d'une opération de déguerpissement. Les occupants de ces bâtiments n'ont pas eu le temps de sauver les meubles, documents administratifs et autres biens, réduits en épaves. « Nous avons tout perdu. Nous avons perdu nos portables. Nos ordinateurs ont été endommagés », a déploré Kouakou Délice Olivier au cours d'un entretien à notre siège, à Marcory Zone 4, vendredi 24 mars 2017. Il a tenu ces propos en qualité de '' nouveau président désigné au cours d'une assemblée générale'', en présence du vice président, Traoré Mohamed, la secrétaire générale à l'organisation, Mlle Zugo Tapé Chimène, et un agent de sécurité, Mensah Olivier.Aussi la cinquantaine de jeunes qui constitue le personnel de cette structure se tourne-t-elle actuellement les pouces. « Nous nous sommes organisés pour créer cette entreprise afin de nous prendre charge, ainsi que nos familles. Nous avons perdu nos emplois », ont-ils condamné, et d'ajouter que 6 de leurs camardes ont été blessés dans cette opération, « Nous sommes venus prendre l'opinion nationale et internationale à témoin. Nous voulons interpeller les autorités sur cette violation de nos droits  », a soutenu le président du Cossut-Dqrgb. Revenant sur les faits, Kouakou Délice Olivier a confié que ses collaborateurs et lui étaient en plein boulot quand des loubards y ont fait irruption.

Il se sont mis à tout casser. « Nous avons opposé une résistance parce qu'on n'a pas reçu de mise en demeure », ont rapporté nos interlocuteurs, qui ont accusé un conseiller municipal de Port-Bouët et le vice-président de la jeunesse communale de Port-Bouët, Kéita Aliou, d'être à la base de leur malheur. Les membres du Cossut-Dgrgb redoutent un règlement de compte, parce qu'ils auraient surpris ce conseiller municipal en train de vendre un terrain dans la zone aéroportuaire. « Il a décidé de se venger suite à l'échec de cette transaction. Pour mener l'expédition, il s'est fait aider de Kéita Aliou, vice-président de la jeunesse commis pour démolir notre siège », ont condamné Kouakou Délice Olivier et ses membres. Ils sont arrivés avec une pelleteuse et des loubards pour casser le siège, prétextant que ce bâtiment est construit sur un domaine public. « Ce qui est archi-faux », ont fustigé Kouakou Délice Olivier et ses camarades.

A relire: Déguerpissement à Adjamé/ Un jeune homme s'oppose et se fait arrêter.

La réaction des mis en cause

< (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents