Toulepleu / Affaire « Un professeur accusé d'avoir violé une élève » : Les témoignages de la fille et de son père
Ce que révèle l'examen médical


(Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 08 avr. 2017
  • Visites: 2382
  • Commentaires: 0
La ville de Toulepleu, dans la région du Cavally, a été secouée par un mouvement d'humeur des élèves du Lycée Moderne contre l'un de leur Professeur de mathématique suite, selon eux, au viol de leur camarade T. P. élève en classe de 5ème dans ledit établissement.

Pour en savoir davantage, nous nous sommes rendus dans cette ville frontalière située à 120km de Guiglo, chef-lieu de la région du Cavally, le lundi 27 mars 2017, où nous avons séjourné pendant 48 heures pour cerner les contours de ce scandale. En tout cas, les faits qui se sont déroulés, le vendredi 24 mars 2017, laisse dubitatif, au regard des différentes versions qui ont cours sur les circonstances réelles de ce supposé viol. En effet, selon celle la plus répandue, C. S. A. jeune professeur de mathématique aurait été surpris en plein rapport sexuel avec l'élève dans le bureau réservé aux enseignants de mathématique. Tout part donc du jeudi 23 mars 2017 aux environs de 16 heures, quand le professeur de mathématique se rend dans son établissement pour corriger le reste de ses copies afin de calculer les moyennes de certaines classes, compte tenu de l’arrêt des notes du vendredi 24 mars 2017.

A lire:Toulepleu/ Un professeur accusé du viol d'une lycéenne.

Quelques instants après, assis dans la salle des professeurs de mathématique, il entend frapper à la porte. Celui-ci va aux nouvelles et se trouve en face de trois de ses élèves qui veulent le rencontrer pour expliquer un problème. Sans attendre, le professeur de mathématique les fait entrer. A la question de savoir l’objet de leur visite, elles répondent que T. P. avait raté l’interrogation du mercredi 23 mars 2017. Alors, C. S. A. exige le billet d’annulation de note qu’elle pouvait avoir auprès de l’administration du lycée moderne. Deux d’entre elles sont sorties de la salle et la troisième, quelques secondes après, les rejoint, dehors. Après 15min, T.P. revient toute seule et le professeur lui demande si elle a en sa possession le billet d’annulation de note. Elle répond par la négative et d’expliquer qu’elle a fait une chute pendant les activités sportives où elle s’est blessée aux pieds, raison pour laquelle elle n’a pu assister au cours. L’échange en cours a été brusquement interrompu par un grand bruit à la porte métallique de la salle des professeurs de mathématique. Tout effrayé du vacarme, il va aux nouvelles.

 

La fille dans la salle

C’est ainsi qu’il aperçoit des élèves armés de gourdins, de pierres et autres objets qui scandaient : « Professeur violeur ». Révoltés, ceux-ci jetaient les pierres sur le toit du bâtiment. Au vu donc de cette clameur, le professeur demande à l’élève T. P. de sortir rapidement. Mais tétanisée par la peur, elle a été stoppée nette dans son élan. « Comme tu ne veux pas sortir, moi je vais le faire », aurait-il dit. Laissant donc l’élève dans la salle, le professeur enfourche sa moto tout en informant l’éducateur de niveau et l'un de ses collèges de faire sortir l’élève de la salle quand la tension va baisser. Aux environs de 17 h, C.S.A. reçoit un message de son collège faisant état de ce que, juste après son départ, les élèves se sont introduits dans la salle de force pour mettre la fille dehors, tout en la brutalisant. Son frère même est venu la chercher à moto pour la ramener à la maison. Le vendredi 24 mars 2017, dès 17 h, le professeur de retour au Lycée Moderne pour dispenser les cours, voit encore un attroupement d’élèves armés de gourdins. Entourant le bâtiment de l’administration, ils scandaient un (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Offres d'emploi du jour