Agrobusiness : Les raisons du long silence de l'Etat

  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 20 fév. 2017
  • Visites: 2465
  • Commentaires: 0
Alors qu'on s'achemine progressivement vers un remboursement effectif des investissements, une question taraude toujours l'esprit des populations. Pourquoi l'Etat a-t-il gardé le silence tout ce temps sur les activités des structures d'agrobusiness pour n'intervenir que maintenant ?

Dans un entretien accordé à Allo police, Koné Drissa, le conseiller technique du ministre de l’économie et des finances a expliqué les raisons de cette intervention plus de 8 ans après le début de ces activités. A l’en croire, les sociétés ont entrepris depuis quelques années d’exercer des activités autres que celle pour laquelle elles avaient reçu une autorisation. D’où les actions du gouvernement pour les suspendre. « Mais à partir de 2015 et particulièrement en 2016, l’activité semble avoir radicalement dévié. Cette structure (Monhévéa.com, ndlr), a attiré des personnes qu’on a appelées des souscripteurs à qui on promettait des retours sur investissement allant de 500 à 1000% ; A partir de cet instant, cette entreprise s’est mise à faire une activité autre que celle déclarée dans l’objet social. C’est à ce moment que le problème s’est posé », a -t-il indiqué.

A lire: Voici ce qui sera remboursé aux souscripteurs.Voici ce qui sera remboursé aux souscripteurs.

Et le membre du groupe de travail de justifier cette suspension par une incohérence entre l’objet social et les activités exercées par les entreprises d’agrobusiness, l’exercice d’activité réservée à d’autres établissements constitués pour cela (banque, microfinance, mutuelle, …) ainsi qu’un manque de traçabilité dans les activités agricoles. Répondant aux rumeurs faisant état d’une éventuelle menace que ces entreprises constitueraient pour les établissements financiers ou de la volonté de l’Etat d’utiliser ces fonds à d’autres fins, il n’en est rien selon M. Koné. Qui a en outre invité les populations à une meilleure lecture de la situation. &la (...)

Lire la suite sur linfodrome.com